Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Droit à l'erreur : 1,5 milliard d'euros pour former les fonctionnaires





Le 26 Novembre 2017, par

Le droit à l'erreur, c'est une des mesures phare avancées par le candidat Macron durant la campagne pour l'élection présidentielle. Il est temps maintenant de passer des mots aux actes, ce qui sera fait au travers d'un projet de loi intitulé « Pour un État au service d'une société de confiance ».


Ce texte devait être proposé en juillet, mais il a fallu quelques mois supplémentaires pour le peaufiner. Gérald Darmanin, le ministre de l'Action et des Comptes publics, est à la manœuvre et il a présenté dans une interview au Journal du Dimanche quelques uns des 40 articles que comporte cette loi. Celle-ci vise d'abord à simplifier l'administration via la numérisation et la dématérialisation des formulaires et des documents : « l'objectif du gouvernement, c'est zéro papier dans toute l'administration d'ici à la fin du quinquennat ».

Le projet de loi vise aussi à éviter la « surtransposition des normes européennes ». Et puis il y a le droit à l'erreur, qui ne s'appliquera ni aux cas de fraude, ni aux cas d'atteinte à la sécurité ou à la santé publique, énumère le ministre. « Le premier principe qui doit désormais guider l'administration, c'est la bienveillance : si vous vous êtes trompé, ce sera désormais à l'administration de démontrer que vous n'êtes pas de bonne foi », explique Gérald Darmanin. Il s'agit de mettre en pratique le principe d'une « faute avouée à moitié pardonnée ».

Et pour cela, il importe de former les fonctionnaires. « Nous allons mobiliser 1,5 milliard d'euros sur cinq ans pour former les agents publics à cette nouvelle posture de conseil et d'accompagnement car le changement doit entrer dans les textes mais surtout dans les têtes », déclare le ministre. Il y aura des formations sur le droit à l'erreur, mais aussi sur les autres dispositions du texte. Ce dernier sera présenté en conseil des ministres ce lundi.


Journaliste spécialisé dans les nouvelles technologies, Olivier Sancerre est aussi versé dans... En savoir plus sur cet auteur


Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Marché | Billets d'humeur | Industrie immobilière



Les entretiens du JDE

Guerre économique : « c’est un leadership mondial qui se joue »

​Droite-gauche : la fin d’une époque ?

Laurence Gilardo, déléguée syndicale SNTA/FO du groupe Casino : « les salariés comme les syndicats du groupe Casino doivent resserrer les rangs »

« Dans les échanges économiques entre les entreprises, la professionnalisation et l’éthique sont indissociables de la fonction achat », Bruno Crescent, ancien directeur des achats d’EDF

Pierre Bergounioux : « Les gouvernements, de droite comme de gauche, ont accompli le tour de force, depuis un demi-siècle, de ne rien changer à l’ordre des choses »

Marc Lazar : « La peuplecratie, c’est l’idée que la souveraineté du peuple est sans limites ».

Guillemette Devernois : « Maladies rares : Il faut s’emparer des avancées de la recherche scientifique »

« Appel à la guérilla mondiale »










Rss
Twitter
Facebook