Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

EDF affiche une reprise solide en 2023 après une année difficile





Le 20 Février 2024, par Aurélien Delacroix

Après une période de turbulences marquée par des défis industriels et une régulation économique défavorable, EDF, le géant électricien français, a réalisé une performance financière notable en 2023. Avec un bénéfice d'exploitation impressionnant et une nette amélioration de sa production nucléaire, l'entreprise semble avoir retrouvé le chemin de la croissance, malgré un contexte toujours complexe.


Une année de redressement pour EDF

En 2023, EDF a clairement inversé la tendance de l'année précédente, terminant sur un bénéfice d'exploitation de 13,2 milliards d'euros, contre une période difficile en 2022. Cette amélioration est principalement attribuée à la reprise de la production nucléaire, qui avait été gravement affectée par des problèmes industriels, notamment des arrêts de réacteurs en raison de la corrosion sous contrainte. 

De plus, l'entreprise a bénéficié de prix de marché très élevés et de la fin progressive du bouclier tarifaire, une mesure mise en place par l'État pour protéger les consommateurs des fluctuations de prix.

EDF a enregistré un chiffre d'affaires de 139,2 milliards d'euros, avec un Ebitda (bénéfice avant intérêts, impôts, dépréciation et amortissement) avoisinant les 40 milliards d'euros, marquant une nette amélioration par rapport à l'an dernier. Le bénéfice net s'est également élevé à 10 milliards d'euros, permettant ainsi à l'entreprise de réduire significativement sa dette nette. Ces résultats sont d'autant plus remarquables qu'ils interviennent après une année marquée par une perte considérable.

Production nucléaire en hausse, mais des défis à venir

La production nucléaire a joué un rôle clé dans cette reprise, avec une augmentation significative de 41,4 TWh, portant la production totale à 320,4 TWh. Cette amélioration est le résultat des efforts déployés pour réparer les réacteurs les plus affectés par la corrosion sous contrainte, avec 15 des 16 réacteurs concernés réparés à la fin de 2023. L'entreprise s'attend à une production nucléaire encore plus élevée en France, contribuant ainsi à une baisse des achats dans un contexte de prix de marché moins élevés.

Cependant, EDF anticipe déjà une baisse de l'Ebitda en 2024, attribuable à une diminution des prix de marché. Malgré cela, l'entreprise prévoit une augmentation de sa production nucléaire, ce qui devrait compenser en partie les effets de cette baisse de prix. Par ailleurs, la mise en service prochaine de l'EPR de Flamanville, prévue pour mars 2024, représente un autre jalon important pour l'entreprise dans son effort de consolidation de la production d'énergie nucléaire en France.




Nouveau commentaire :
Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Mémoire des familles, généalogie, héraldique | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Culture | Prospective | Immobilier, Achats et Ethique des affaires | Intelligence et sécurité économique - "Les carnets de Vauban"



Les entretiens du JDE

Tarek El Kahodi, président de l'ONG LIFE : "L’environnement est un sujet humanitaire quand on parle d’accès à l’eau" (2/2)

Tarek El Kahodi, président de l'ONG LIFE : "Il faut savoir prendre de la hauteur pour être réellement efficace dans des situations d’urgence" (1/2)

Jean-Marie Baron : "Le fils du Gouverneur"

Les irrégularisables

Les régularisables

Aude de Kerros : "L'Art caché enfin dévoilé"

Robert Salmon : « Voyages insolites en contrées spirituelles »

Antoine Arjakovsky : "Pour sortir de la guerre"











Rss
Twitter
Facebook