Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Elisabeth Borne : une semaine d'accompagnement pour le port du masque obligatoire en entreprise





Le 1 Septembre 2020, par La rédaction

Depuis mardi 1er septembre, le port du masque dans les entreprises est obligatoire. Mais le décret relatif à ce nouveau protocole n'ayant été publié que tard la veille, les employeurs ont quelques jours pour s'y adapter.


Un délai pour le dialogue social

Le décret concernant la mise en application du port du masque de protection dans les entreprises a été publié tard lundi 31 août, alors que le nouveau protocole devait être en vigueur le lendemain, mardi 1er septembre. Un délai vraiment très juste pour que les employeurs puissent l'adapter aux réalités de leur entreprise. C'est pourquoi Elisabeth Borne, invitée de LCI, a assuré que l'inspection du travail ne sévira pas dès le premier jour. Son rôle, dans l'immédiat, sera « d'accompagner les entreprises dans la mise en place de ces nouvelles règles ». Elles auront au moins une semaine pour s'adapter. « Il faut qu’il y ait du temps pour le dialogue social », explique la ministre du Travail.

Pour Elisabeth Borne, il y a une « responsabilité collective » qui redonnera confiance aux salariés afin qu'ils retournent au travail « avec des mesures pour préserver leur santé ». La ministre souhaite également « rassurer les chefs d’entreprises qui ont l’obligation de veiller à la santé de leurs salariés ». Il en va également de la « reprise économique », selon elle. Pour ceux qui voudraient contourner les règles, la ministre rappelle que le protocole est « national » et que ces normes sanitaires « s’imposent à tous ».

Un protocole complexe

Et si une entreprise devait contrevenir aux règles sanitaires, elle serait alors en infraction. Problème : le protocole est complexe avec la prise en compte des niveaux de circulation au sein de l'entreprise qui créent des zones vertes, oranges et rouges. Un casse-tête pour les employeurs et les salariés ! « On aurait pu avoir une règle simple, avec le port du masque systématique, mais on a préféré des règles de bon sens », explique Elisabeth Borne qui rappelle l'existence de dérogations.

Dans un open-space (zone rouge), « je vous confirme qu'il n'y a pas de dérogation, c'est le port du masque obligatoire. Mais si il y a une bonne aération, des parois en plexi entre les bureaux, alors on a des souplesses, on peut retirer son masque à certains moments, par exemple en sortant des transports en commun pour souffler dix minutes », a-t-elle détaillé.  



Tags : masques


1.Posté par karine le 02/09/2020 11:01 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
pour les mesures générales de prévention des risques ainsi que les consignes de sécurité , il faut un peu de souplesse et de bon sens dans certains cas : le règlement intérieur de l’entreprise doit préciser les mesures d’application de la réglementation , et fixer les sanctions en cas d’inobservation ! : https://www.officiel-prevention.com/dossier/protections-collectives-organisation-ergonomie/document-unique/reglement-interieur-et-sante-et-securite-au-travail

Nouveau commentaire :
Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Marché | Prospective | Industrie immobilière | Intelligence et sécurité économique - "Les carnets de Vauban"



Les entretiens du JDE

Le MoHo : un collectif pour changer le monde !

Couvre-feu : « leur » monde à l’envers

L’intégration des étrangers de France : du mythe à la réalité.

La fin du franc CFA : un livre qui bouscule les idées reçues.

C’est pire qu’un crime, c’est une faute

J’ai deux amours…

Institut Sapiens : « Les concessions autoroutières préservent l’intérêt général »

​Jean-Luc Favène, Directeur Général de Lissac : "Notre modèle de franchise à tout pour séduire indépendants et primo-franchisés"













Rss
Twitter
Facebook