Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Emmanuel Macron : l'État commencera à reprendre la dette de la SNCF au 1er janvier 2020





Le 15 Avril 2018, par

Emmanuel Macron répondait aux questions de Jean-Jacques Bourdin et d'Edwy Plenel devant les caméras de BFM TV et de Médiapart. L'occasion pour le président de la République de faire quelques annonces.


Alors que la grève à la SNCF se poursuit avec, semble-t-il, un léger essoufflement du taux de grévistes et quelques lézardes dans le front syndical, la principale annonce d'Emmanuel Macron a concerné la dette de l'entreprise : sa reprise progressive par l'État débutera à partir du 1er janvier 2020. Pas de chiffre concernant le niveau repris par les caisses publiques, qui ne pourront pas de toutes manières absorber en une seule fois les 47 milliards d'euros qui plombent la SNCF. « Le but, c'est d'avoir une SNCF plus forte qui rend de meilleurs services. L'usager a fait ses efforts, il a payé son billet plus cher », a asséné le chef de l'État.

Concernant le statut des cheminots, le président de la République a déclaré que « jamais » il n'avait dit ou laissé dire que la situation à la SNCF était « de la faute des cheminots ». En revanche, dans le contexte de l'ouverture à la concurrence, il lui est impossible de faire l'économie de la réforme, a-t-il aussi indiqué. Sur un autre dossier, fiscal celui-là, Emmanuel Macron a assuré qu'il souhaitait refondre « en profondeur » la fiscalité locale, « sans qu'il y ait d'augmentation ». Il est revenu sur la suppression de la taxe d'habitation ; il a également martelé qu'il n'y aurait pas de création d'un nouvel impôt. « Ni local, ni national ».

Autre dossier chaud, celui des hôpitaux et, plus largement, le financement des soins. Emmanuel Macron donnera « fin mai début juin » des décisions « précises » pour améliorer le système de santé. Il promet qu'il n'y aura pas d'économies sur l'hôpital durant le quinquennat, mais il pointe tout de même que « ce à quoi nous assistons aujourd'hui c'est le fruit de plusieurs décennies de défaillances de l'Etat ». Par ailleurs, il ne se dit pas fermé à la mise en plus d'une seconde journée de solidarité pour le financement des soins pour les personnes âgées dépendantes, tout en avançant l'idée d'un « cinquième risque » pour la protection sociale en lien avec le vieillissement de la population.


Journaliste spécialisé dans les nouvelles technologies, Olivier Sancerre est aussi versé dans... En savoir plus sur cet auteur

Tags : SNCF

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Marché | Billets d'humeur | Industrie immobilière



Les entretiens du JDE

Guerre économique : « c’est un leadership mondial qui se joue »

​Droite-gauche : la fin d’une époque ?

Laurence Gilardo, déléguée syndicale SNTA/FO du groupe Casino : « les salariés comme les syndicats du groupe Casino doivent resserrer les rangs »

« Dans les échanges économiques entre les entreprises, la professionnalisation et l’éthique sont indissociables de la fonction achat », Bruno Crescent, ancien directeur des achats d’EDF

Pierre Bergounioux : « Les gouvernements, de droite comme de gauche, ont accompli le tour de force, depuis un demi-siècle, de ne rien changer à l’ordre des choses »

Marc Lazar : « La peuplecratie, c’est l’idée que la souveraineté du peuple est sans limites ».

Guillemette Devernois : « Maladies rares : Il faut s’emparer des avancées de la recherche scientifique »

« Appel à la guérilla mondiale »










Rss
Twitter
Facebook