Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Emmanuel Macron veut convaincre les pays de l'est sur les travailleurs détachés





Le 23 Août 2017, par

La rentrée européenne d'Emmanuel Macron va faire voyager le président de la République dans plusieurs pays à l'est du vieux continent. Première étape : l'Autriche. Et la volonté de faire avancer plusieurs dossiers brûlants, tout particulièrement les travailleurs détachés.


À Salzbourg, le chef de l'État a fait part de sa volonté de réformer l'Europe. Avec son homologue, le chancelier Christian Kern, Emmanuel Macron s'est réjoui de la « communauté de vue » entre la France et l'Autriche sur plusieurs dossiers. Il s'est dit « frappé » de voir la convergence des deux pays sur « sujets sociaux, sur l’harmonisation fiscale au sein de l’Europe, sur la nécessité d’une meilleure coordination, d’une plus grande capacité d’investir en commun, d’un budget commun de la zone euro avec un contrôle démocratique et un Parlement de la zone euro ».

D'ici la fin de l'année, le président français compte porter une « nouvelle initiative » visant à « refonder plus en profondeur l'Europe ». Si les sujets concernant la création d'un budget européen, d'un Parlement de la zone euro ou encore l'avenir de l'Union européenne fait globalement consensus à quelques nuances près, il est au moins un dossier beaucoup plus épineux qu'Emmanuel Macron veut aborder avec plusieurs de ses homologues : celui des travailleurs détachés.

Le locataire de l'Élysée entend durcir ce statut, au détriment des pays de l'est qui sont les principaux pourvoyeurs de travailleurs détachés. La législation veut que ces travailleurs soient salariés au SMIC pour 35 heures, être nourris et logés. Les employeurs paient en revanche les cotisations sociales en vigueur dans le pays d'origine de ces travailleurs, des cotisations souvent moins élevées qu'en France, ce qui provoque des frictions et un sentiment de concurrence déloyale. Paris veut limiter le détachement à un an maximum, et surtout imposer une rémunération équitable. Emmanuel Macron va donc devoir déployer des trésors d'explication aux dirigeants roumains et bulgares qu'il rencontrera ces trois prochains jours.


Journaliste spécialisé dans les nouvelles technologies, Olivier Sancerre est aussi versé dans... En savoir plus sur cet auteur



1.Posté par Michel Leclerc le 26/08/2017 08:49 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Et pourtant les solutions existent sur les travailleurs détachés http://www.tva-sociale.fr/travailleurs-detaches-solution/...

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Marché | Billets d'humeur | Industrie immobilière



Les entretiens du JDE

Guerre économique : « c’est un leadership mondial qui se joue »

​Droite-gauche : la fin d’une époque ?

Laurence Gilardo, déléguée syndicale SNTA/FO du groupe Casino : « les salariés comme les syndicats du groupe Casino doivent resserrer les rangs »

« Dans les échanges économiques entre les entreprises, la professionnalisation et l’éthique sont indissociables de la fonction achat », Bruno Crescent, ancien directeur des achats d’EDF

Pierre Bergounioux : « Les gouvernements, de droite comme de gauche, ont accompli le tour de force, depuis un demi-siècle, de ne rien changer à l’ordre des choses »

Marc Lazar : « La peuplecratie, c’est l’idée que la souveraineté du peuple est sans limites ».

Guillemette Devernois : « Maladies rares : Il faut s’emparer des avancées de la recherche scientifique »

« Appel à la guérilla mondiale »










Rss
Twitter
Facebook