Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Emmanuel Macron veut un « compromis rapide » sur la réforme des retraites





Le 31 Décembre 2019, par François Lapierre

Emmanuel Macron, qui s'est tenu à l'écart du débat sur la réforme des retraites jusqu'à présent, a donné son sentiment à l'occasion de ses vœux aux Français.


La réforme sera menée « à son terme »

Durant son intervention traditionnelle du 31 décembre, le président de la République est intervenu dans le débat sur la réforme des retraites, alors que les grèves se poursuivent, tout comme les perturbations dans les transports. « La réforme des retraites sera menée à son terme », a martelé Emmanuel Macron qui a demandé au gouvernement de « trouver un compromis rapide » avec les syndicats « qui le veulent ». Il a expliqué que « comme les Français », il était « impatient de voir la situation s’améliorer plus vite pour nous tous et en particulier pour les plus fragiles ». Le locataire de l'Élysée entend obtenir un compromis « dans le respect des principes » pour « plus d'équité ».

Le message ne sera sans doute pas entendu par les grévistes les plus engagés, mais les syndicats pragmatiques, en premier lieu la CFDT et l'Unsa, sont à l'écoute. Emmanuel Macron a aussi décrit la réforme des retraites, qui vise à la création d'un système unique à points et à la disparition des régimes spéciaux, comme un « projet de justice et de progrès social, qui assure l'universalité ».

Apaiser les angoisses

Les « tâches difficiles » seront ainsi prises en compte pour permettre aux travailleurs de « partir plus tôt, sans que cela soit lié à un statut ou à une entreprise ». Emmanuel Macron l'assure : il a entendu « les peurs et les angoisses »… mais également « beaucoup de mensonges et de manipulation ».

Pour le chef de l'État, l'apaisement doit primer sur l'affrontement, mais « apaiser ne veut pas dire renoncer ». Il a également indiqué qu'il ne voulait pas lever le pied durant les deux dernières années de son mandat : « Je mesure combien les décisions prises peuvent heurter. Faut-il pour autant renoncer à changer notre pays et notre quotidien ? Non. Ce serait abandonner ceux que le système a déjà abandonnés, ce serait trahir nos enfants, leurs enfants après eux, qui alors, auraient à payer le prix de nos renoncements ».



Tags : retraites

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Marché | Prospective | Industrie immobilière | Intelligence et sécurité économique - "Les carnets de Vauban"




Les entretiens du JDE

Madelin ou domino ?

L’esprit guerrier des soignants nous sauvera,

Pourrons-nous compter sur les banques ?

#Polanski : l’humiliation de Polanski dessert les femmes !

L’immédiateté et la viralité de l’information ont provoqué des changements radicaux dans nos comportements

Pourquoi l’éco sera pire que le franc CFA.

Alexis Duval, Tereos : « l’avenir de l’industrie sucrière européenne passe par une stratégie internationale »

Nous avons souhaité créer un magazine africain réellement indépendant












Rss
Twitter
Facebook