Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

En 2020, il ne restera plus qu’un magasin Tati





Le 16 Juillet 2019, par

Est-ce là la fin d’une marque emblématique ? On semble s’en approcher en effet puisqu’à terme, un seul magasin Tati conservera ce nom, celui de Barbès à Paris. Par ailleurs, treize magasins Tati vont fermer d’ici 2020.


C’est une conséquence très visible du plan de restructuration impulsé par le propriétaire de Tati, le groupe GPG, qui a repris l’enseigne en juin 2017. Malgré 150 millions investis sur deux ans, les résultats ne sont pas au rendez-vous, déplore Philippe Ginestet, le président du groupe, dans le communiqué de GPG. La marque Tati va se recentrer sur le magasin historique situé à Barbès, à Paris. Treize magasins Tati vont fermer leurs portes, les autres passeront sous l’enseigne GIFI.

 

L’enseigne Tati compte un réseau d’une centaine de magasins, qui emploient 1 200 salariés. 49 d’entre eux deviendront des GIFI : « Les tests de changement d'enseigne sur plusieurs magasins ont vu les ventes repartir à la hausse », explique le président de PGP. Les changements d’enseigne s’échelonneront entre 2019 et 2020. Un plan de sauvegarde de l’emploi est également en projet et concernera 189 salariés : des mesures de reclassement seront mises en place, assure la direction du groupe.

 

Par ailleurs, PGP prévoit une réduction d’effectifs dans certaines fonctions administratives, dans les achats et la logistique. PGP avait repris sous son aile l’enseigne Tati, fondée en 1948 et qui a accompagné bien des consommateurs depuis. La marque au vichy est bien ancrée dans les mémoires, mais cela ne suffit pas à lui faire trouver le chemin de la rentabilité. Le groupe PGP compte 9 500 salariés.



Journaliste spécialisé dans les nouvelles technologies, Olivier Sancerre est aussi versé dans... En savoir plus sur cet auteur

Tags : Tati

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Marché | Billets d'humeur | Industrie immobilière



Les entretiens du JDE

Frederic Buisson, délégué syndical Groupe adjoint CFE – CGC du groupe Casino : "Casino conserve un temps d’avance par rapport à la concurrence"

François Bertauld, PDG de Médiane Système : "Aujourd’hui les entreprises de services du numérique sont devenues un soutien essentiel à l’innovation industrielle."

Justine Huiwen ZHANG : "Mieux comprendre la Chine"

Bernard Attali : "Un vent de violence"

Guerre économique : « c’est un leadership mondial qui se joue »

​Droite-gauche : la fin d’une époque ?

Laurence Gilardo, déléguée syndicale SNTA/FO du groupe Casino : « les salariés comme les syndicats du groupe Casino doivent resserrer les rangs »

« Dans les échanges économiques entre les entreprises, la professionnalisation et l’éthique sont indissociables de la fonction achat », Bruno Crescent, ancien directeur des achats d’EDF










Rss
Twitter
Facebook