Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

En 2021, les Français n’ont pas hésité à changer d’emploi





Le 19 Janvier 2022, par Anton Kunin

Les Français ont été très nombreux à changer d’emploi en 2021. Parmi les candidats interrogés par les spécialistes du recrutement Hays et HelloWork début 2022, 40% ont déjà changé d’emploi en 2021. C’est deux fois plus qu’en 2019.


Les contrats courts ne font plus peur aux candidats

Démissionner de son entreprise pour trouver mieux ailleurs ne fait plus autant peur qu’avant. Selon une étude réalisée par les spécialistes du recrutement Hays et HelloWork, qui ont interrogé les candidats inscrits sur leurs sites, 40% ont déjà changé d’emploi en 2021. (Toujours est-il que le souhait de changer d’emploi est moins prononcé : en 2020 ils étaient 87% à le souhaiter, ils ne sont plus que 69% aujourd’hui).

Concernant leur nouvel emploi, les candidats, sont-ils davantage en quête de stabilité aujourd’hui ? Oui et non. D’une part, les personnes qui souhaitent retrouver un emploi ou d’en changer souhaiteraient surtout intégrer un grand groupe (41%) ou une PME/PMI (34%). D’autre part, elles sont relativement ouvertes (40%) aux contrats de courte ou de moyenne durée. Les candidats considèrent notamment que le travail temporaire est un bon moyen d’acquérir de nouvelles compétences (53%), d’avoir davantage de flexibilité (49%) et de changer plus librement de missions ou d’entreprises (43%). 40% indiquent également que cela permet un accès plus rapide à l’emploi, quand 36% soulignent une rémunération avantageuse. Enfin, pour la grande majorité des candidats (80%), ce type de contrat peut être un tremplin efficace vers un CDI.

Des salaires élevés dans les métiers nouveaux, notamment dans le numérique

Si les Français sont nombreux à songer à changer d’emploi, c’est parce que des opportunités de se faire embaucher avec un salaire bien plus élevé se présentent. Dans les fonctions commerciales, à 3-5 ans d’expérience, un business developer peut prétendre à 46.000 € de rémunération annuelle en 2022, contre 38.000 € en 2021, et un chef des ventes à 55.000 €, contre 45.000 € en 2021 par exemple. Dans les métiers liés à l’informatique, un développeur mobile peut prétendre à 50.000 € de rémunération annuelle, contre 38.000 € en 2021, un UX designer à 40.000 €, contre 35.000 € en 2021 et ainsi de suite.

Comme le constatent les spécialistes de Hays et HelloWork, si le marché abonde d’offres d’emploi, il subit en effet une tension importante en raison du manque de compétences disponibles, ce qui pousse les entreprises à revoir les rémunérations à la hausse, notamment dans le secteur de l’IT (business developer, ingénieur commercial, ingénieur d’affaires…). Les salaires sont également élevés dans les métiers parfois nouveaux, tels que chief digital officer, brand content manager, UX designer ou encore data miner.




Nouveau commentaire :
Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Culture | Prospective | Industrie immobilière | Intelligence et sécurité économique - "Les carnets de Vauban"













Rss
Twitter
Facebook