Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

En cas de problème, les Français ne soutiennent pas leur chef





Le 29 Janvier 2019, par Anne Poirier

Le chef serait-il un collègue non défendable ? 58% des Français n'aideraient pas leur supérieur en cas de difficulté, et plus de 76 % ne le soutiendraient pas en cas de menace de licenciement.


Pas de pitié pour les chefs !

En cas de coup dur, moins d'un chef sur deux est sûr de ne pouvoir compter sur ses subordonnés. C'est ce qui ressort d'un sondage effectué pour Qapa.fr. L'agence d'intérim 100% online a ainsi voulu savoir si les Français étaient plutôt solidaires vis-à-vis d'un supérieur se trouvant dans une situation difficile. Ce sondage effectué auprès de 4,5 millions de candidats dévoile une attitude assez dure envers les chefs. En effet, 59% des femmes et 56% des hommes déclarent qu'ils ne soutiendraient pas leur supérieur si celui-ci se trouvait dans une situation difficile. Si ce supérieur est menacé de licenciement, c'est encore pire : plus de 76% des Français déclarent ne pas prendre partie pour leur chef si son job et sa place sont en jeu.

Pourquoi tant de haine ? Une telle réaction s'explique notamment parce que le supérieur n'est pas vu comme un collègue défendable. Il est en fait perçu comme un salarié différent par plus de 81 % des personnes interrogées.Il faut toutefois nuancer ces chiffres. Si les Français sont peu solidaires de leurs chefs, ils ne sont pas pour autant agressifs envers eux. En effet, plus de 64% déclarent qu'ils ne contribuent pas à attaquer leur supérieur si celui-ci est dans une situation délicate. Dans le cadre d'un soutien ou d'une attaque contre leur chef, les Français préfèrent dans les deux cas faire profil bas. 68% peuvent apporter une aide secrète à leur chef, et 56% livrer une bataille silencieuse contre leur supérieur. Mais dans l'une ou l'autre de ces options, les Français semblent surtout craindre de subir des représailles de la part de leur hiérarchie. C'est en effet ce que pensent plus de 57% des personnes interrogées. Comment leur donner tort ?


 




Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Marché | Billets d'humeur | Industrie immobilière



Les entretiens du JDE

Guerre économique : « c’est un leadership mondial qui se joue »

​Droite-gauche : la fin d’une époque ?

Laurence Gilardo, déléguée syndicale SNTA/FO du groupe Casino : « les salariés comme les syndicats du groupe Casino doivent resserrer les rangs »

« Dans les échanges économiques entre les entreprises, la professionnalisation et l’éthique sont indissociables de la fonction achat », Bruno Crescent, ancien directeur des achats d’EDF

Pierre Bergounioux : « Les gouvernements, de droite comme de gauche, ont accompli le tour de force, depuis un demi-siècle, de ne rien changer à l’ordre des choses »

Marc Lazar : « La peuplecratie, c’est l’idée que la souveraineté du peuple est sans limites ».

Guillemette Devernois : « Maladies rares : Il faut s’emparer des avancées de la recherche scientifique »

« Appel à la guérilla mondiale »










Rss
Twitter
Facebook