Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Engie : 1 900 suppressions de postes d’ici 2019, selon la CGT





Le 3 Mai 2017, par

Engie devrait procéder d’ici à 2019 à 1 900 suppressions de postes, annonce la CGT. Plusieurs activités sont concernés comme les relations clientèle, ainsi que le siège.


Le siège du groupe, qui se répartit entre Paris, Londres et Bruxelles, va être restructuré. 618 salariés sont concernés, dont 416 postes pour la France. La CGT évoque même un total de 600 salariés pour l’Hexagone, 200 postes n’ayant pas été pourvus. Engie a annoncé ce plan au mois d’avril, mais prévoit aussi la création de 114 postes.

Ce n’est pas le seul changement que l’entreprise compte impulser pour réduire ses effectifs, qui se montent à 25 000 postes en France dans la partie « Énergie ». En juin 2016, le syndicat parlait déjà de 950 emplois qui seront supprimés d’ici 2018, et notamment 750 pour la France. Les relations clientèle devraient ainsi subir une perte de 800 salariés (dont 600 pour les particuliers, le reste pour les entreprises).

20% de cette activité devraient être externalisés ou délocalisés à l’étranger, au Maroc, à l’île Maurice et au Portugal, assure la CGT. Par ailleurs, le syndicat annonce des suppressions d’emplois dans l’informatique, le négoce, l’exploration production ainsi que chez Storengy, l’opérateur de stockage, pour un total de 500 postes. En tout, ce sont 10 000 salariés dans le monde qui pourraient être touchés.


Journaliste spécialisé dans les nouvelles technologies, Olivier Sancerre est aussi versé dans... En savoir plus sur cet auteur

Tags : engie

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising








Les entretiens du JDE

Les entretiens du JDE

La crise des gilets jaunes analysée par Eric Delbecque

Les gilets jaunes sont-ils populistes ? par Francois-Bernard Huyghe

Christian Aghroum : Gilets jaunes et mobilisation numérique

Philippe Schleiter: "faire réussir des choses extraordinaires par des gens ordinaires"

Gilles Imbert, groupe Interconstruction : « Les promoteurs indépendants sont obligés, plus que les autres, de tenir leurs engagements »

Loïk Le Floch-Prigent : « En finir avec le dérèglement industriel »

Florent Skrabacz, CEO de Shadline : « L’invisibilité des données est la clé de la résilience numérique »

Général Soubelet : « Traitons les vrais problèmes, ne poussons pas les Français à la révolte »









Rss
Twitter
Facebook