Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Entreprises privées, quelles alternatives aux monopoles d’Etat ? : Focus sur la récente ouverture du marché postal français.





Le 13 Décembre 2019, par La Rédaction

La récente ouverture du capital de la Française des Jeux aux particuliers a relancé le débat de la libéralisation des marchés et de la privatisation des monopoles d’Etat. Le mouvement est enclenché depuis de nombreuses années et se poursuit, dans le secteur des services, de l’énergie ou encore des transports. L’ouverture de pans entiers de l’économie, jusqu’alors pré-carrés d’entreprises publiques, permet à de nouveaux acteurs de se positionner comme leurs concurrents directs et d’offrir un nouveau choix alternatif aux consommateurs. Illustration avec le marché postal sur lequel HOPPS Group s’est imposé comme une alternative efficace et économique à son concurrent public, en créant notamment un réseau de poste privé.


Ils restent nombreux, malgré l’ouverture progressive par les gouvernements successifs de nouveaux secteurs, ces monopoles d’Etat, héritiers de la centralisation du pouvoir régalien français et des nationalisations socialistes du siècle dernier. Malgré une libéralisation croissante et une ouverture réglementaire à la concurrence, rares sont les entreprises qui peuvent aujourd’hui réellement rivaliser avec ces champions hexagonaux séculaires. Malgré les régulières questions qui ressurgissent sur la qualité des services proposés, sur la fixation des prix ou sur l’efficience budgétaire, les entreprises publiques ou affiliées restent des sociétés pour la plupart performantes et toujours garantes d’un service public universel essentiel à notre modèle de société.

Le positionnement de nouveaux acteurs sur les marchés qui s’ouvrent est bien souvent soumis à un ensemble de contraintes et de normes qui visent à assurer cette même universalité dans le service. Pour les sociétés qui réussissent le pari, c’est un marché entier qui devient alors adressable et l’accès à un très fort potentiel de croissance. Pour les consommateurs, c’est d’abord la promesse d’un choix renouvelé, élargi, mais c’est aussi généralement le gage de prix plus attractifs ou encore d’une qualité améliorée. En effet, la compétition, saine, favorise, stimule et permet mécaniquement, tant à l’entreprise autrefois seule qu’au nouvel entrant, de performer, toujours dans l’intérêt du citoyen consommateur. Si certains secteurs stratégiques ou sensibles, restent aujourd’hui l’apanage de l’Etat, leur nombre diminue, tandis que croît celui des ‘disrupteurs’, ces entreprises qui viennent chatouiller les monopoles historiques et réinventer parfois, les modèles anciens.

Ouvert progressivement à la concurrence entre 1999 et 2011, le marché des activités postales est resté longtemps un monopole public dominé par La Poste. Ni les grands géants du transport, ni les réseaux de relais n’ont réussi à faire véritablement flancher ce vaisseau amiral hérité du XVème siècle qui a su montrer son dynamisme en se réinventant à travers des grands plans de diversification stratégique. D’abord parce que l’une des conditions de l’entrée sur le marché postal est la nécessité de garantir la couverture intégrale du territoire, ce qui induit de très lourds investissements logistiques et humains pour servir les usagers ; ensuite car la distribution en boîtes à lettres impose la détention d’une licence postale délivrée par l’ARCEP dans un cadre réglementaire bien spécifique. Enfin, si le e-commerce soutient le marché du colis, le courrier, lui, pourrait sembler manquer d’attractivité au vu des baisses structurelles de volumes mesurées par l’ARCEP. Ce marché de plusieurs milliards d’euros restait, encore jusqu’à récemment, uniquement préempté par la Poste, obligée d’assurer ce service universel.

La montée en puissance de HOPPS Group, premier acteur privé capable de proposer une offre de service alternative, est en train de changer la donne, au bénéfice des usagers. En moins de trois ans, le groupe s’est hissé au rang de seul acteur privé sur ce marché qui pèse toujours près de 10,3 milliards d’euros. L’enjeu est de taille pour le groupe aixois qui, en y pénétrant, espère rapidement conquérir des parts de marché. Une stratégie de long terme nécessitant des investissements colossaux et une ambition solide pour se dresser contre une société puissante et installée depuis des siècles dans le panorama français. Mais un choix assumé par les dirigeants, qui croient en la pertinence de leur projet. La croissance rapide de HOPPS Group semble leur donner raison…

HOPPS Group dispose désormais d’un réseau postal privé

HOPPS Group a franchi un nouveau cap en 2019 avec le lancement d’un réseau postal privé de proximité en partenariat avec Culture Presse, l’organisation professionnelle des marchands de presse. Cette nouvelle solution, baptisée « hoppStore », est déjà disponible dans plusieurs milliers de relais sur le territoire chez des marchands de journaux partenaires, un nombre qui devrait atteindre les 8000 relais sur le territoire en 2021. Grâce à hoppStore, les consommateurs pourront se rendre chez les marchands de presse partenaires pour envoyer et recevoir des colis, partout en France et dans le monde. Une solution d’envoi de courriers et de recommandés, sera mise en place dans les prochains mois offrant une véritable alternative privée au service postal public français.

Mais la véritable valeur ajoutée de ces offres, réside dans les prix auxquels elles sont proposées : entre 5 et 10% inférieurs à ceux de son concurrent. 90% des points relais sont ouverts 7 jours sur 7, avec une amplitude horaire de 7h à 20h. De quoi rivaliser avec les bureaux de La Poste, plus contraints en termes d’horaires, et qui misent sur les services en ligne pour offrir de nouveaux services à leurs usagers. Une solution pratique et novatrice pour celles et ceux qui souhaitent économiser sur leurs envois postaux. Avec l’ambition affichée de construire un réseau de partenariats toujours plus dense, le groupe souhaite à terme, que le service soit accessible à moins de 10 minutes de trajet de 95% des foyers français.

Cette nouvelle solution permettra à HOPPS Group d’élargir son portefeuille d’offres pour conquérir le marché des particuliers. En effet, le groupe qui dispose de la licence ARCEP lui donnant accès aux boîtes à lettres dans l’Hexagone, a déjà lancé depuis un peu plus d’un an une solution d’envoi de courriers pour les entreprises, avec des offres structurées autour des courriers relationnels et de gestion mais aussi des courriers marketing. En entrant sur le marché de la distribution postale auprès des professionnels, le groupe semble consolider ses positions. HOPPS Group, qui occupe déjà une position de leader privé de la distribution d’imprimés publicitaires via sa filiale Adrexo, ambitionne désormais de traiter 10% du marché du courrier d’entreprise et de pénétrer rapidement sur le marché du courrier C2C. De quoi doubler quasiment son chiffre d’affaires dans les années à venir et installer définitivement le groupe comme le premier opérateur postal privé en France.
 
 



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Marché | Prospective | Industrie immobilière | Intelligence et sécurité économique - "Les carnets de Vauban"













Rss
Twitter
Facebook