Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Entretien avec Éric Roussel, Directeur général de Kalhyge : « En trouvant des solutions, ensemble, les crises peuvent se muer en véritables opportunités »





Le 5 Août 2022, par La Rédaction


Numéro deux du marché de l’entretien-location d’articles textiles, Kalhyge est un acteur de référence auprès de ses 30 000 clients, professionnels de la santé, de l’hôtellerie-restauration et  des entreprises. Le directeur général, Éric Roussel, nommé à la tête du groupe en octobre dernier, doit faire face à certaines difficultés notamment liées à la crise du covid-19. Fort de sa solide expérience dans la direction et l’exécution de plans stratégiques, Éric Roussel nous explique comment maîtriser ces adversités, et accompagner ses équipes en situation de fragilité vers le succès.
 
 
Pouvez-vous présenter Kalhyge, entreprise que vous dirigez depuis fin 2021 ?
Kalhyge est une entreprise française entièrement dédiée à la location-entretien d’articles textiles et à la commercialisation d’équipements d’hygiène. Nous sommes une ETI forte de 3 000 collaborateurs et exerçons nos métiers sur l’ensemble du territoire national. Kalhyge compte 28 centres de services, c’est-à-dire des sites de blanchisserie qui assurent l’entretien et les services proposés à nos clients.
Nous allons fêter les 40 ans de l’entreprise cette année et sommes fiers d’être un acteur incontournable de ce marché. En effet, nous sommes numéro 2 du secteur et sommes reconnus comme un véritable expert-métier grâce à l’engagement de nos équipes et aux services dont bénéficient chacun de nos clients.
 

Quel est le positionnement de Kalhyge dans son secteur d’activité et comment espérez-vous vous démarquer ?
Kalhyge est non seulement numéro 2 du marché de l’entretien-location d’articles textiles en France (selon les données du GEIST) et est de plus en plus identifié comme une entreprise omniprésente capable de répondre à des besoins et demandes très variés. Je pense notamment aux vêtements de travail dans l’ensemble des domaines, ou le linge dans l’hôtellerie et les établissements de santé. Contrairement à certains acteurs du secteur, nous avons la particularité de proposer et de commercialiser des articles d’hygiène sur l’ensemble du territoire à nos clients textiles, restauration et santé, mais également via des entreprises de propreté présentes sur l’ensemble du territoire.
Nous sommes sur un marché où la dimension industrielle est un moyen pour produire le service à l’utilisateur final. Notre positionnement est donc tout à fait particulier, à savoir en B to B to C : nous livrons des produits à des entreprises ou des collectivités, qui, à leur tour, les transmettent pour usage à leurs collaborateurs, leurs patients, leurs clients. Ce positionnement est très représentatif de l’état d’esprit dans lequel nous nous positionnons à tous les niveaux de l’entreprise, en sortant justement de sa perception purement industrielle.
Nous souhaitons apporter de la valeur au client B : de la valeur grâce à nos produits et services afin de contribuer à son activité, sa capacité à recruter et conserver ses collaborateurs, apporter de la sécurité et du confort ; et nous souhaitons apporter du bien-être pour le client C. Bien-être ou mieux être au travail, avec des vêtements adaptés, confortables, correspondant à l’image de l’entreprise ou de la collectivité et sécurisant si besoin.
Nous avons pour volonté d’avoir des équipes managériales et dirigeantes sensibilisées au bien-être de nos collaborateurs pour qu’eux-mêmes le soient vis-à-vis de nos clients. Il y a une logique de symétrie d’attention, qui selon moi est importante, pour que nos collaborateurs soient vraiment au service de nos clients et attentifs à leurs besoins. C’est pourquoi, les dirigeants et managers chez Kalhyge se doivent d’être à l’écoute de tout notre personnel, surmontant ensemble les obstacles dans ce contexte sanitaire et climatique complexe. D’ailleurs nous avons tout récemment mis en œuvre une enquête de « satisfaction collaborateurs » au sein de Kalhyge, pour affirmer avec force cette symétrie d’attention. Nous le faisions déjà pour nos clients, et nous l’avons donc fait pour nos collaborateurs, afin de nous inscrire dans un plan d’action d’amélioration qui portera sans aucun doute ses fruits dans la durée.
Enfin, j’aimerais souligner la logique de service de proximité qui est très importante pour notre entreprise et complémentaire de notre vision B to B to C. Au sein de nos 28 centres de services, répartis au plus près de nos clients sur l’ensemble de l’hexagone, des hommes et des femmes vivant dans ces territoires œuvrent chaque jour à ce que le travail soit bien réalisé. Les bénéficiaires de notre attention et de nos services sont donc très souvent des personnes qui nous entourent, nos concitoyens, nos voisins, notre famille même. Ainsi, la dimension humaine de notre mission est d’autant plus concrète et vient renforcer le sens de notre action.
 

L’entreprise a fait face à certaines difficultés ces dernières années. Comment repenser l’avenir après la crise du Covid-19 ? Et quelles sont les perspectives qui se dessinent à moyen et long terme ?
En effet, l’entreprise a connu une importante difficulté liée à la crise de la COVID-19 dans la mesure où cela a mis un coup d’arrêt au secteur de l’hôtellerie et de la restauration. Cette période n’a pas été sans conséquence pour le fonctionnement d’une ETI comme Kalhyge.
Nous avons d’abord encaissé le choc et maintenu notre capacité de services dans le secteur de la santé. Nous avons ainsi contribué – à notre échelle – au bon fonctionnement des services de santé dans un contexte particulièrement dégradé. Les salariés pour qui nous faisions de la location-entretien de vêtements de travail ont eux aussi continué à bénéficier de notre savoir-faire. D’un point de vue organisationnel, humain et financier, cela a été difficile et beaucoup reste à faire, mais grâce à la stratégie mise en place, au recentrage sur les fondamentaux, et enfin la reprise depuis le début de l’année de l’activité en hôtellerie/restauration, Kalhyge redémarre tant en termes d’activité que de performances. Toutes les forces vives de la société doivent converger vers cet objectif, dans un contexte qui reste compliqué humainement avec de nombreux postes vacants sur l’ensemble de nos centres.
Nous travaillons d’arrache-pied afin d’accompagner la reprise initiée depuis le mois d’avril dans le secteur de l’hôtellerie et de la restauration. Les perspectives sont intéressantes, d’autant que nous travaillons à redéfinir nos offres et à innover toujours plus. Nous souhaitons continuer d’améliorer les services mis à disposition de nos clients et renforcer notre position de numéro deux du marché en France.
 

Quels défis reste-t-il à surmonter ?
Il y a énormément de défis qui restent à relever comme toute entreprise qui sort d’une crise globale exceptionnelle à bien des égards. Nous nous efforçons de consolider la stratégie mise en place en début d’année. Il faut avoir la bonne personne au bon poste et s’assurer de son recrutement, de sa formation, de son développement et de son bien-être au sein de l’entreprise afin de créer des perspectives positives pour chacun. Nous rencontrons comme d’autres secteurs des difficultés importantes de recrutement à la suite de la crise sanitaire, alors même que nous sommes capables de réussir l’insertion sociale de personnes sans formation. Nous travaillons avec des partenaires publics et privés dans ce sens.
Il existe bien sûr une dimension sociétale. Nous évoluons dans un monde de plus en plus attentif au respect des normes RSE. C’est une très bonne chose. Il me semble fondamental de s’inscrire pleinement dans cette dynamique de responsabilité sociale, mais également environnementale de l’entreprise, avec des engagements qui vont au-delà des discours notamment en matière de recyclage du textile et plus particulièrement des vêtements de travail. Kalhyge est le partenaire d’une très belle opération de recyclage de vêtements de travail pour faire de la fibre de seconde main et donc participer pleinement à un écosystème français unique en son genre.
Tous nos sites sont certifiés RABC et font l’objet d’un suivi indépendant afin de garder cette certification. Il s’agit d’une norme spécifique lié au secteur de la santé. Nous avons un travail de fond à mener avec nos fournisseurs, car il existe des contraintes très importantes pour tout ce qui a trait aux matières premières, la production et la logistique.  Nous devons redoubler d’efforts avec eux. Parmi les sujets sur la table, il y a le coût de l’électricité et du gaz. Ces deux énergies sont essentielles à notre activité et nous devons optimiser nos consommations dans le contexte actuel. Les enjeux économiques sont multiformes avec le prix du textile qui a augmenté tout comme par exemple les papiers ouatés.
Malgré le contexte économique et humain difficile, les perspectives demeurent intéressantes si nous continuons de nous développer, avec pour objectif d’identifier Kalhyge comme l’acteur humain de référence. Je fais en sorte que tout soit mis en œuvre pour que progressivement cet objectif soit reconnu dans notre secteur et ressenti au sein de l’entreprise.
 

Vous ne connaissiez pas le secteur de la location-entretien d’articles textile avant d’arriver chez Kalhyge, mais votre parcours semble d’une grande utilité à la tête d’une telle entreprise…
Je pense que le groupe cherchait quelqu’un pour piloter une nouvelle stratégie dans un environnement compliqué. Mon profil et ma personnalité ont fait la différence. J’apporte ma connaissance et ma vision des affaires, du management des collaborateurs, du monde des services, et de ce positionnement qui m’est familier depuis de nombreuses années, à savoir le B to B to C. Relancer Kalhyge après des années difficiles et garder l’entreprise sur une trajectoire positive est un défi passionnant dans lequel je suis engagé pleinement. Les enjeux sont importants, mais je ne doute pas de la capacité des équipes et des outils industriels à disposition qui permettront de faire face à tout.
J’ai été confronté à des crises importantes au cours de ma vie professionnelle, et je sais qu’en trouvant des solutions, ensemble, les crises peuvent se muer en véritables opportunités. La sortie de la crise sanitaire est prometteuse si nous gardons pour logique de mettre le client au centre des préoccupations de l’ensemble de nos collaborateurs et si nous continuons à développer des offres innovantes et différenciantes. Cela passe par une vraie symétrie d’attention, une vraie proximité avec nos salariés comme avec nos clients. L’excellence opérationnelle est aussi de mise afin de rester un acteur de référence. Enfin, nous devons toujours créer du bien-être à notre client C avec des propositions uniques et des innovations pensées par nos collaborateurs pour nos clients B.
Avec nos préoccupations sociales et environnementales fortes qui vont bien au-delà d’un simple jeu d’affichage, Kalhyge est en mesure de surmonter les obstacles, relever de nouveaux défis et de conquérir de nouveaux clients. Les objectifs sont clairement définis et nous travaillons tous ensemble pour les atteindre.



Nouveau commentaire :
Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Culture | Prospective | Industrie immobilière | Intelligence et sécurité économique - "Les carnets de Vauban"













Rss
Twitter
Facebook