Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Épargne : succès record du Livret A et du LDDS en juillet





Le 23 Août 2023, par Aurélien Delacroix

En juillet, les Livrets A et LDDS ont connu une croissance record, atteignant une collecte nette de 3,13 milliards d'euros, malgré un taux de rémunération figé à 3%. La dynamique est portée par l'augmentation du taux en février et la faible compétitivité des autres options d'épargne.


Croissance sans précédent des produits d'épargne

Le Livret A et le Livret de développement durable et solidaire (LDDS) ont continué de battre des records en juillet, avec une différence entre les dépôts et les retraits (collecte nette) de 3,13 milliards d'euros, un sommet pour ce mois. L'encours total s'élève à 547,4 milliards d'euros, un chiffre inédit.

La hausse du taux de 2 à 3% le 1er février et la faible concurrence des fonds euros de l'assurance vie expliquent en partie cette année exceptionnelle. Selon Philippe Crevel, directeur du Cercle de l'épargne, malgré la non-revalorisation du taux pendant 18 mois, « les ménages ne modifient pas leur comportement ». Les Livrets A et LDDS se sont enrichis de 37,67 milliards d'euros (+7,4%) depuis le début de l'année. La rémunération totale des épargnants sera nettement plus importante cette année, estimée à environ 15 milliards d'euros.

Des questions légales autour du gel du taux

La décision de geler le taux de rémunération à 3% jusqu'à janvier 2025, au lieu des 4,1% prévus, n'est pas sans conséquence. En période d'inflation, elle pourrait représenter un manque à gagner pour les épargnants de près de 3 milliards d'euros d'août 2023 à janvier 2024. Le ministre de l'Économie, Bruno Le Maire, s'est écarté de la formule habituelle à trois reprises récentes. La Banque de France a également la possibilité d'actualiser le taux tous les trimestres si nécessaire, mais ne l'a pas fait récemment.

Paul Cassia, professeur de droit à l'Université Panthéon-Sorbonne, a déposé un recours devant le Conseil d'Etat le 13 juillet, contestant la notion de « circonstances exceptionnelles » invoquée par la Banque de France pour justifier cette décision. M. Cassia a souligné auprès de l'AFP que « la notion de circonstance exceptionnelles devient en quelque sorte pérenne ». Bercy doit apporter une réponse sous deux mois à la requête de M. Cassia, selon une porte-parole du ministère.



Tags : épargne

Nouveau commentaire :
Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Mémoire des familles, généalogie, héraldique | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Culture | Prospective | Immobilier, Achats et Ethique des affaires | Intelligence et sécurité économique - "Les carnets de Vauban"



Les entretiens du JDE

Tarek El Kahodi, président de l'ONG LIFE : "L’environnement est un sujet humanitaire quand on parle d’accès à l’eau" (2/2)

Tarek El Kahodi, président de l'ONG LIFE : "Il faut savoir prendre de la hauteur pour être réellement efficace dans des situations d’urgence" (1/2)

Jean-Marie Baron : "Le fils du Gouverneur"

Les irrégularisables

Les régularisables

Aude de Kerros : "L'Art caché enfin dévoilé"

Robert Salmon : « Voyages insolites en contrées spirituelles »

Antoine Arjakovsky : "Pour sortir de la guerre"













Rss
Twitter
Facebook