Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Équipement réseau 5G : Huawei rejeté de toutes parts





Le 15 Décembre 2018, par François Lapierre

Huawei enregistre des ventes record sur le marché de la téléphonie, mais le constructeur chinois est en délicatesse dans son activité d’équipementier réseau pour la 5G. Orange et Deutsche Telekom s’interrogent sur la sécurité de leurs infrastructures.


Huawei n’est pas le bienvenu aux États-Unis, en raison d’un problèmes de sécurité nationale que ferait peser les équipements 5G du géant chinois. Washington, qui craint que Huawei n’installe des « portes dérobées » permettant au gouvernement chinois d’espionner les communications, fait pression sur ses alliés afin qu’ils ne retiennent pas Huawei dans la liste de leurs fournisseurs. L’Australie a déjà fait savoir qu’elle ne comptait pas installer d’équipements Huawei pour son réseau 5G, tandis qu’en Europe, la France et l’Allemagne s’interrogent également.

En France, Orange ne fera pas appel à l’équipementier chinois pour bâtir son réseau 5G. Stéphane Richard, le patron de l’opérateur, a expliqué vouloir travailler avec ses partenaires traditionnels que sont Nokia et Ericsson. « Je pense que la question de la sécurité dans l'infrastructure digitale est une question clef et tout à fait légitime », a-t-il précisé à des journalistes en marge de la présentation annuelle des nouveautés Orange. « Je comprends tout à fait que les autorités de tous nos pays et les autorités françaises aussi s'en préoccupent beaucoup. Nous aussi », conclut-il.

Si Huawei ne fournit pas Orange en France, en revanche l’entreprise est un sous-traitant de l’opérateur ailleurs en Europe. Du côté de Deutsche Telekom, on a annoncé un nouvel examen de la stratégie fournisseurs. Le plus grand opérateur européen installe des équipements Nokia, Ericsson, Cisco, et… Huawei. Cela pourrait changer, ce d’autant que T-Mobile, la filiale américaine de Deutsche Telekom, est en discussions pour acquérir son concurrent Sprint.



Tags : Huawei

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Marché | Billets d'humeur | Industrie immobilière



Les entretiens du JDE

Guerre économique : « c’est un leadership mondial qui se joue »

​Droite-gauche : la fin d’une époque ?

Laurence Gilardo, déléguée syndicale SNTA/FO du groupe Casino : « les salariés comme les syndicats du groupe Casino doivent resserrer les rangs »

« Dans les échanges économiques entre les entreprises, la professionnalisation et l’éthique sont indissociables de la fonction achat », Bruno Crescent, ancien directeur des achats d’EDF

Pierre Bergounioux : « Les gouvernements, de droite comme de gauche, ont accompli le tour de force, depuis un demi-siècle, de ne rien changer à l’ordre des choses »

Marc Lazar : « La peuplecratie, c’est l’idée que la souveraineté du peuple est sans limites ».

Guillemette Devernois : « Maladies rares : Il faut s’emparer des avancées de la recherche scientifique »

« Appel à la guérilla mondiale »










Rss
Twitter
Facebook