Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Et voilà ! Les taux d’intérêt remontent.





Le 18 Janvier 2022, par Éric Wuithier

A l’approche des élections présidentielles, nous devons parler du revenu universel ! Comme l’a démontré Éric Wuithier dans « Manuel pratique du Revenu Universel, vous avez tous à y gagner ! », le revenu universel est un atout budgétaire pour l’État et ses institutions. L’auteur nous explique le lien entre taux d’intérêt et revenu universel.


Quelle est la situation ?

La montée de l’inflation couplée au redémarrage des économies mondiales vient de faire grimper les taux d’intérêt appliqués pour le remboursement de la dette des États.
En Europe, certains pays comme la Grèce et l’Italie sont assez impactés avec des taux à plus de 1,25 %, et la France n’échappe pas à cet effet avec un taux moyen à 0,27 %.
Certes celui-ci peut paraître faible au regard de l’inflation, mais il est à peu près certain qu’il va continuer à grimper pour probablement atteindre 0,75 % à la fin de l’année, selon les prévisions de Bercy.
Cette progression fera grimper de plusieurs milliards le coût de notre endettement et celui-ci pourrait être de 30 milliards d’ici à cinq ans.
Nous voici donc rendus au même stade qu’il y a plusieurs années et l’Europe ne va pas tarder à remettre la pression sur les pays « du sud » dont la France fait partie pour améliorer leurs comptes et offrir des perspectives de désendettement.

Faut – il s’en inquiéter ?

La situation n’est pas en soi dramatique, mais elle est préoccupante si nous ne prenons pas des mesures importantes à l’occasion de la prochaine mandature présidentielle pour rénover fondamentalement notre modèle socioéconomique.
En effet, ce serait un leurre que de faire croire aux Français que, parce que notre économie repart fortement, nous allons avoir de bons atouts pour régler ce problème.
En effet, notre économie est fortement liée à celle de beaucoup d’autres grands acteurs et il suffit que l’un d’eux faiblisse pour que les effets se fassent sentir ailleurs.
Par exemple, la Chine qui applique drastiquement une politique de zéro Covid, met en confinement strict des millions de personnes provoquant ainsi des arrêts d’entreprises dont nous dépendons des approvisionnements. Le cas des semi-conducteurs qui par exemple a provoqué une baisse de 30 % du marché automobile en 2021 en est une parfaite illustration. Et en 2022, la situation ne va pas s’arranger.
De même, si en France le marché immobilier a été exceptionnel sur le plan des acquisitions, il est sûr qu’en 2022, la situation ne sera pas semblable, car les prêts immobiliers vont être plus difficiles à obtenir dans un marché où le nombre de biens à vendre est devenu faible, faisant ainsi augmenter les prix.
Pour terminer sur cette analyse, l’inflation provoque des tensions sociales et entraîne une forte demande de hausses de salaire. Le cas de l’hôtellerie et la restauration en est un excellent exemple.
 
Bref, nous voici revenus, à nos bons vieux démons sur fond de pandémie qui n’en finit pas.

Comment prendre en compte le problème ?

L’occasion de la prochaine élection présidentielle est un moment idéal pour proposer aux Français, qui n’attendent que cela, un véritable projet permettant de redonner une dynamique à notre modèle socioéconomique et financier et ainsi ouvrir un futur plus enthousiasmant pour les générations futures.
Une chose est sûre, nous ne pouvons pas poursuivre sur les mêmes bases et il faut renouveler fondamentalement les choses. 
 
Dans le cadre de mon essai publié fin septembre dernier « Manuel pratique du Revenu Universel – Vous avez tous à y gagner », il a été démontré que le Revenu Universel, en plus d’être un moyen pour réduire fortement la pauvreté et la précarité, peut aussi être un puissant vecteur susceptible de booster la rentabilité des entreprises, mais aussi de donner de fortes marges de manœuvre aux budgets de l’État et de ses institutions, permettant ainsi de répondre au défi de la dette publique actuelle.
 
Pour réussir cela, il serait nécessaire de baisser les niveaux de salaire payés par tous les employeurs publics et privés, en tenant compte du fait que le Revenu Universel serait attribué non seulement à ceux qui sont pauvres ou précaires, mais aussi à tous les salariés.   
 
La démonstration de cette possibilité est argumentée et détaillée dans ce livre et le blog qui l’accompagne.



Nouveau commentaire :
Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Culture | Prospective | Industrie immobilière | Intelligence et sécurité économique - "Les carnets de Vauban"













Rss
Twitter
Facebook