Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

États-Unis : grosse amende pour la Société Générale





Le 4 Septembre 2018, par

La Société Générale n'a décidément pas terminé de liquider le passif avec les autorités américaines. La banque française négocie actuellement une amende de 1,1 milliard d'euros pour mettre un terme à un dossier lié à la violation d'embargo.


La Société Générale devrait donc allouer 1,1 milliard en contre-valeur Euro pour régler un litige avec les autorités américaines. La banque a annoncé être entrée en discussions « plus actives » pour en finir avec une enquête sur des transactions effectuées par l'établissement en dollars américains, qui impliquent des pays « faisant l'objet de sanctions économiques » de la part des États-Unis. La Société Générale avait provisionné un total de 1,43 milliard d'euros pour régler les litiges, dont une bonne partie sera donc allouée à cette affaire.

La banque française est dans la ligne de mire de l'OFAC (Office of Foreign Asset Control), l'organisme qui, au sein du Trésor américain, a pour mission de faire respecter les embargos décidés par les autorités politiques du pays. Sur ce dossier, la Société Générale est aussi scrutée par plusieurs autres administrations. L'établissement avait déjà signé, il y a trois mois, un chèque conséquent d'1,3 milliard de dollars pour en terminer avec les dossiers du Libor et de la Libye.

Cette nouvelle amende de plus d'un milliard d'euros permettra à l'entreprise de solder tous les contentieux qui pesaient sur elle depuis de longs mois. La Société Générale n'est pas la seule banque à passer à la caisse pour résoudre des conflits avec les autorités américaines. Il y a quatre ans, BNP Paribas a ainsi versé 8,9 milliards de dollars pour la violation des embargos contre le Soudan, l'Iran et Cuba ; en 2015, c'était au tour du Crédit Agricole de signer un chèque de 787 millions de dollars dans une affaire semblable. 


Journaliste spécialisé dans les nouvelles technologies, Olivier Sancerre est aussi versé dans... En savoir plus sur cet auteur


Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Marché | Billets d'humeur | Industrie immobilière



Les entretiens du JDE

Frederic Buisson, délégué syndical Groupe adjoint CFE – CGC du groupe Casino : "Casino conserve un temps d’avance par rapport à la concurrence"

François Bertauld, PDG de Médiane Système : "Aujourd’hui les entreprises de services du numérique sont devenues un soutien essentiel à l’innovation industrielle."

Justine Huiwen ZHANG : "Mieux comprendre la Chine"

Bernard Attali : "Un vent de violence"

Guerre économique : « c’est un leadership mondial qui se joue »

​Droite-gauche : la fin d’une époque ?

Laurence Gilardo, déléguée syndicale SNTA/FO du groupe Casino : « les salariés comme les syndicats du groupe Casino doivent resserrer les rangs »

« Dans les échanges économiques entre les entreprises, la professionnalisation et l’éthique sont indissociables de la fonction achat », Bruno Crescent, ancien directeur des achats d’EDF










Rss
Twitter
Facebook