Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Etihad précise ses conditions et son projet pour Alitalia





Le 15 Mai 2014, par

La compagnie aérienne italienne Alitalia voit toujours son futur suspendu aux décisions de la compagnie Etihad et de ses actionnaires qui, pour l’instant, n’ont pas encore trouvé de terrain d’entente. Alors que le gouvernement de Matteo Renzi fait pression sur les actionnaires italiens, Etihad aurait dévoilé un peu plus les projets pour la compagnie italienne. Des projets qui devraient faire remonter la pente à Alitalia, au prix de nombreuses suppressions d’emplois.


cc/flickr/markyharky
cc/flickr/markyharky
Selon le journal romain Il Messaggero, Etihad aurait annoncé ses conditions pour une reprise d’Alitalia menacée depuis des mois de faillite. A la clé il y aurait non seulement la sauvegarde de la compagnie mais également le retour des bénéfices en 2017 avec le développement de nouvelles routes.

Toutefois, les conditions pour la réussite de ce plan de sauvegarde visant à faire d’Alitalia une « compagnie à 5 étoiles » sont lourdes. Notamment sur le plan humain : Etihad demanderait pas moins de 2 700 suppressions d’emplois dans les effectifs d’Alitalia, soit plus que le pire scénario prévu par les syndicats de la compagnie aérienne.

De plus, afin de finaliser la transaction, Etihad demande aux banques qui détiennent la dette d’Alitalia de supprimer 562 millions d’euros de dette et de rallonger le délai de remboursement des 140 millions d’euros restants jusqu’en 2021. De quoi inquiéter les banques alors qu’il fut question, à un moment, de créer une société de défaisance.

Les seuls points positifs pour l’Italie dans le plan d’Etihad sont les projections concernant l’avenir de la compagnie. 7 nouvelles destinations, 16 nouvelles routes, un plan de développement de l’aéroport de Fiumicino à Rome pour devenir un « hub international » et, surtout, un chiffre d’affaires de 3,7 milliards d’euros en 2017 ponctué par un bénéfice de 108 millions d’euros.
 


Paolo Garoscio
Après son diplôme de Master en Philosophie du Langage, Paolo Garoscio a décidé de se tourner vers... En savoir plus sur cet auteur


Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Marché | Billets d'humeur | Industrie immobilière



Les entretiens du JDE

Frederic Buisson, délégué syndical Groupe adjoint CFE – CGC du groupe Casino : "Casino conserve un temps d’avance par rapport à la concurrence"

François Bertauld, PDG de Médiane Système : "Aujourd’hui les entreprises de services du numérique sont devenues un soutien essentiel à l’innovation industrielle."

Justine Huiwen ZHANG : "Mieux comprendre la Chine"

Bernard Attali : "Un vent de violence"

Guerre économique : « c’est un leadership mondial qui se joue »

​Droite-gauche : la fin d’une époque ?

Laurence Gilardo, déléguée syndicale SNTA/FO du groupe Casino : « les salariés comme les syndicats du groupe Casino doivent resserrer les rangs »

« Dans les échanges économiques entre les entreprises, la professionnalisation et l’éthique sont indissociables de la fonction achat », Bruno Crescent, ancien directeur des achats d’EDF










Rss
Twitter
Facebook