Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Euro Disney reçoit un milliard d’euros et voit son titre chuter en Bourse





Le 6 Octobre 2014, par

Mickey est en crise. Souffrant d’une dette abyssale et d’une fréquentation en berne, le premier parc d’attraction européen a bénéficié lundi 6 octobre d’une recapitalisation d’un milliard d’euros, ce qui a inéluctablement fait chuter son titre en Bourse.


@Shutter
@Shutter

La maison mère du parc d’attraction parisien, Disneyland Paris, The Walt Disney Company, a injecté lundi 6 octobre un milliard d’euros au capital de l’exploitant du parc, Euro Disney. Une manoeuvre qui a entraîné une chute de près de 15 % du titre en Bourse. 

 

L’opération visait en fait à améliorer la trésorerie moribonde du parc, le premier site touristique d’Europe, qui malgré un tel titre souffre réellement d’un contexte de crise morose. « Disneyland Paris est la première destination touristique d’Europe, mais la dégradation de l’environnement économique et le poids de la dette du groupe ont fortement impact ses recettes et sa liquidité » a précisé à ce sujet Tom Wolber, le nouveau président d’Euro Disney.

 

Le parc souffre en effet d’un endettement massif de 1,7 milliard d’euros, que la recapitalisation devrait faire descendre sous la barre du milliard d’euros. L’argent injecté devrait permettre au groupe Euro Disney de continuer à investir dans le parc d’attraction parisien, qui a perdu pas moins d’un million de visiteurs en l’espace d’un an.



Jean-Baptiste Le Roux
Jean-Baptiste Le Roux est journaliste. Il travaille également pour Radio Notre Dame, en charge du... En savoir plus sur cet auteur


Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising







Master Class

Master Class

Vincent Stellian, président de Quietalis : « Nos clients et nos partenaires nous font confiance parce que nous sommes indépendants »

Citelum veut "prolonger la vie au-delà de la tombée de la nuit." Jean-Daniel Le Gall, directeur général adjoint.

Agriculture : le printemps européen du ministre Stéphane Travert

Olivier Maes, le monde comme territoire de marque.

Homelike Home, la Dream Team de la chasse immobilière en France

Mode : la vraie révolution digitale a juste démarré

Les enjeux de la délégation de pouvoirs

Risque Amiante : le point sur les nouvelles obligations avec SET Environnement
















Rss
Twitter
Facebook