Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

EuroDisney sauvé par sa maison mère





Le 6 Octobre 2014, par

En 22 ans, le parc EuroDisney (anciennement DisneyLand Paris) n'a jamais engrangé le moindre bénéfice. L'heure est grave, puisqu'un comité d'entreprise extraordinaire a eu lieu ce lundi 6 octobre afin d'évoquer la situation financière de l'entreprise.


(c) Shutterstock/EconomieMatin
(c) Shutterstock/EconomieMatin
Et celle-ci n'est pas rose. Même si le parc d'attractions reste la première destination touristique privée d'Europe, il continue d'être lesté par le boulet de sa dette, 1 milliard d'euros, qu'il n'a jamais pu rembourser. EuroDisney a  pourtant généré 1,3 milliard d'euros par an, mais il faudrait des dizaines d'années avant de devenir bénéficiaire.
 
La fréquentation du site est en baisse : l'an dernier, ce sont un million de visiteurs en moins que le parc a comptabilisé, tandis qu'il manquait 400 000 visiteurs sur le premier semestre. La baisse de fréquentation se poursuit donc, même si le chiffre d'affaires reste stable (en baisse de 1% seulement) avec un panier moyen qui s'améliore. Enfin, l'investissement de 200 millions d'euros pour créer la dernière attraction, Ratatouille, a fait un trou dans des comptes déjà à la peine.
 
Pour éviter que son parc européen ne tombe en miettes, la maison mère américaine a fait un peu plus qu'un geste : elle va revaloriser EuroDisney à hauteur d'1 milliard d'euros, dont 420 millions en cash et 600 millions en dettes converties en actions. Disney, qui ne détient que 40% du capital de son site parisien, pourrait même craindre une OPA sur EuroDisney, c'est ce qui explique pourquoi le groupe international a évoqué la possibilité d'une sortie de la Bourse de Paris.


Journaliste spécialisé dans les nouvelles technologies, Olivier Sancerre est aussi versé dans... En savoir plus sur cet auteur

Tags : disney

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Marché | Billets d'humeur | Industrie immobilière



Les entretiens du JDE

​Droite-gauche : la fin d’une époque ?

Laurence Gilardo, déléguée syndicale SNTA/FO du groupe Casino : « les salariés comme les syndicats du groupe Casino doivent resserrer les rangs »

« Dans les échanges économiques entre les entreprises, la professionnalisation et l’éthique sont indissociables de la fonction achat », Bruno Crescent, ancien directeur des achats d’EDF

Pierre Bergounioux : « Les gouvernements, de droite comme de gauche, ont accompli le tour de force, depuis un demi-siècle, de ne rien changer à l’ordre des choses »

Marc Lazar : « La peuplecratie, c’est l’idée que la souveraineté du peuple est sans limites ».

Guillemette Devernois : « Maladies rares : Il faut s’emparer des avancées de la recherche scientifique »

« Appel à la guérilla mondiale »

Nicolas Pham, cofondateur de Beaubleu : « la Maison aux aiguilles rondes »










Rss
Twitter
Facebook