Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Europe : Amazon va payer ses impôts pays par pays





Le 26 Mai 2015, par

En Europe, Amazon va payer ses impôts en fonction de son activité de chaque pays. Cela n’a l’air de rien dit comme ça, mais c’est une véritable révolution fiscale pour le géant américain de la distribution et du commerce en ligne.


© Shutterstock/EconomieMatin
© Shutterstock/EconomieMatin
Car jusqu’à présent, la multinationale ne payait qu’un minimum de taxes et d’impôts sur ses ventes. L’entreprise, comme d’autres installées en Irlande et aux Pays-Bas, fait transiter un maximum de ses revenus européens par le Luxembourg, un pays très arrangeant au niveau de la taxation du chiffre d’affaires.

Résultat : depuis 2003, Amazon ne paierait (ça n’a jamais été vraiment confirmé) qu’1% d’impôts sur son activité européenne. Or, ces pratiques, assimilées à de l’optimisation fiscale mais que certains qualifient de fraude, sont dans le collimateur de la Commission européenne depuis la fin de l’année dernière. Plusieurs enquêtes ont été lancées qui concernent justement Amazon au Luxembourg, mais aussi Apple en Irlande et Starbucks aux Pays-Bas.

Amazon a décidé de montrer patte blanche en décidant de créer des branches nationales pour au moins quatre pays : le Royaume-Uni, l’Allemagne, l’Espagne et l’Italie. Ces filiales paieront l’impôt sur l’activité dans ces quatre États, la France étant prévue dans un second temps.


Journaliste spécialisé dans les nouvelles technologies, Olivier Sancerre est aussi versé dans... En savoir plus sur cet auteur

Tags : amazon, europe

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising







Les entretiens du JDE

Les entretiens du JDE

Florent Skrabacz, CEO de Shadline : « L’invisibilité des données est la clé de la résilience numérique »

Général Soubelet : « Traitons les vrais problèmes, ne poussons pas les Français à la révolte »

Entretien avec Ignacio de la Torre : "Nous vivons le début de la fin de « l’argent bon marché » !"

Fabrice Lépine, DG de Wonderbox : "Nos partenaires sont les premiers ambassadeurs de notre marque"

Vincent Stellian, président de Quietalis : « Nos clients et nos partenaires nous font confiance parce que nous sommes indépendants »

Citelum veut "prolonger la vie au-delà de la tombée de la nuit." Jean-Daniel Le Gall, directeur général adjoint.

Agriculture : le printemps européen du ministre Stéphane Travert

Olivier Maes, le monde comme territoire de marque.

















Rss
Twitter
Facebook