Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Europe : soupe à la grimace pour la Grande-Bretagne, divine surprise pour la France





Le 27 Octobre 2014, par

Au terme d’une procédure complexe, la Commission européenne a adressé aux États membres la facture pour boucler son budget. Elle peut être douloureuse pour certains, mais bénéfiques pour d’autres.


(c) Shutterstock/EconomieMatin
(c) Shutterstock/EconomieMatin
La Grande-Bretagne se voit ainsi réclamer pas moins de 2,1 milliards d’euros, payables au 1er janvier. Cette somme rondelette n’allait évidemment pas manquer de provoquer l’ire du Premier ministre anglais, David Cameron, qui y a consacré l’intégralité ou presque d’une conférence de presse. L’Italie est également en colère avec une ardoise de 340 millions, idem pour les Pays-Bas avec une note finale de 640 millions.

Si l’on peut comprendre la position des chefs d’États de ces pays (il n’est jamais agréable de se voir présenter une facture inattendue), il faut pourtant savoir que la réévaluation du budget européen est un classique de fin d’année. Les experts des États membres se réunissent par deux fois l’année, d’abord en mai puis en septembre, afin d’estimer la croissance des pays sur laquelle se basent leurs contributions.

Or, les pays actuellement en délicatesse ont mal évalué leur croissance annuelle, tout particulièrement la Grande-Bretagne dont l’économie connait une grande expansion. N’oublions pas non plus que sous les cris d’orfraie des dirigeants, cette règle a été établie et acceptée par tous.

Tout cela fait en tout cas les affaires de la France et de l’Allemagne, qui vont recevoir des chèques de respectivement 780 millions et 1 milliard d’euros : une manne pour l’exécutif français qui s’est empressée de l’inclure dans ses comptes.


Journaliste spécialisé dans les nouvelles technologies, Olivier Sancerre est aussi versé dans... En savoir plus sur cet auteur

Tags : europe

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Marché | Billets d'humeur | Industrie immobilière



Les entretiens du JDE

​Droite-gauche : la fin d’une époque ?

Laurence Gilardo, déléguée syndicale SNTA/FO du groupe Casino : « les salariés comme les syndicats du groupe Casino doivent resserrer les rangs »

« Dans les échanges économiques entre les entreprises, la professionnalisation et l’éthique sont indissociables de la fonction achat », Bruno Crescent, ancien directeur des achats d’EDF

Pierre Bergounioux : « Les gouvernements, de droite comme de gauche, ont accompli le tour de force, depuis un demi-siècle, de ne rien changer à l’ordre des choses »

Marc Lazar : « La peuplecratie, c’est l’idée que la souveraineté du peuple est sans limites ».

Guillemette Devernois : « Maladies rares : Il faut s’emparer des avancées de la recherche scientifique »

« Appel à la guérilla mondiale »

Nicolas Pham, cofondateur de Beaubleu : « la Maison aux aiguilles rondes »










Rss
Twitter
Facebook