Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Exposition ART & RITE au Musée L de Louvain-La-Neuve





Le 15 Juin 2021, par Bertrand Coty

Pour qui ne connaît pas encore le Musée L de Louvain, il est grand temps de venir découvrir cet espace envoutant. Le nouveau musée de l’UCL (Université Catholique de Louvain) a ouvert ses portes en novembre 2017. Il a emménagé dans le bâtiment de l’ancienne bibliothèque de l’université. Les perspectives tracées par l’architecte André Jacquemin pour ce bâtiment ne laissent personne indifférent tout comme l’alliance du béton brut avec les matériaux les plus nobles.


Architecte André Jacquemin Photos B.Coty
Architecte André Jacquemin Photos B.Coty
Tout premier musée universitaire de Belgique, sa création au sein de la Faculté de Philosophie, arts et lettres de l’UCL remonte à 1979. Depuis cette date et grâce au mécénat, ses collections n’ont eu de cesse de s’agrandir. Avec un espace de seulement 1000 m2, il était contraint et il lui fallait respirer.   

La finalité du bâtiment retenu pour cette nouvelle implantation et conçu à l’origine pour une bibliothèque ne s’accordait pas de manière évidente à une mutation en espace muséal. Pourtant c’est le pari qui est pris et c’est une réussite. L’œuvre de l’architecte est préservée voire sublimée et la mise en valeur des œuvres dans cette architecture fascine. L’œuvre est miroir de l’œuvre.

Collection Charles Delsemme, Photos B.Coty
Collection Charles Delsemme, Photos B.Coty
Nous nous attardons au gré de notre visite sur les objets réunis par le collectionneur et donateur Charles Delsemme qui occupent le 6e étage et dont l’extrême qualité nous séduit.
 

Cabinet de curiosités, Photos B.Coty
Cabinet de curiosités, Photos B.Coty
Les cabinets de curiosité retiennent notre attention et là encore l’éventail des objets présentés comme la muséographie nous enchante.

Mais nous sommes venus pour l’exposition temporaire ART & RITE, et malgré la disponibilité et l’érudition de notre guide, il nous faut avancer vers notre but.

ART et RITE regroupe, jusqu’au 25 juillet 2021, une collection d’objets significatifs rassemblés pour nous présenter la force symbolique des objets nécessaires au culte et leur indispensable beauté. Son grand mérite est de n’avoir aucune frontière culturelle, géographique ou religieuse. La nécessité du rite est tout simplement humaine et la force symbolique de l’objet qui l’accompagne est universelle, que ce soit dans ses versions kanakes, africaines, asiatiques, européennes, ou inuits…

L’ambition du lieu, exprimée par sa directrice, Anne Querinjean, trouve ici son expression, « Les œuvres d’art, les objets des civilisations, les inventions scientifiques qui y sont mis en dialogue permettent de regarder l’homme comme un créateur, un inventeur s’appuyant sur sa tradition pour chercher le sens de sa vie, modifier la réalité, marquer son passage et donc construire de la culture ».

Kanak, Hache-ostensoir, Nouvelle-Calédonie, Déb. 20e  s., Bois, jadéite, écorce de bourao et poils de roussette, 68 x 27 x 6 cm, Tervuren, Musée royal de l’Afrique centrale,  N° inv. EO.1967.63.1230, © R. Pessemier - MRAC Tervuren
Kanak, Hache-ostensoir, Nouvelle-Calédonie, Déb. 20e s., Bois, jadéite, écorce de bourao et poils de roussette, 68 x 27 x 6 cm, Tervuren, Musée royal de l’Afrique centrale, N° inv. EO.1967.63.1230, © R. Pessemier - MRAC Tervuren
L’exposition présente des objets de culte ayant participé à une pratique rituelle dans leur culture. Ils ont accompagné des croyances, été utilisés avec une gestuelle précise sans cesse répétée, baignés dans des parfums, des paroles, des sons spécifiques entre mille.
Les objets regroupés par thèmes sont rassemblés dans des vitrines cubiques, boites qui sont vitrines et miroirs à la fois, donnant de l’ampleur et de la respiration à la visite.

Le dialogue s’installe entre les objets et le visiteur. Que signifie l’objet de culte et comment est-il fabriqué ? Quelle est la force du mouvement qui le met en action ? La beauté est-elle consubstantielle au rite ? Pérennité ou éphémère, quel rapport au temps pour l’objet de culte ? Le parcours proposé nous tend un miroir, il nous donne le reflet de notre humanité, le vertige du temps parcouru de nos origines jusqu’à notre présent. L’exposition met en valeur notre capacité à donner du sens, en lien avec la nature et à produire du beau, en lien avec notre esprit et notre créativité. L’objet rituel oppose-t-il art et artisanat ? Il invite à repenser les hiérarchies qui nous sont proposées. Ces objets, par leurs ornements symboliques, produisent « un accroissement d’être » (1), un « élargissement de leur sphère d’existence » (2).

Bushoong (Kuba), Masque Ngady a Muaash, République démocratique du Congo, 20e  s., Bois, pigments, perles, cauris et textiles, 32 x 20 x 25 cm, Musée L, N° inv. E1891,  Collection Claire et Robert Steichen, © J.-P. Bougnet
Bushoong (Kuba), Masque Ngady a Muaash, République démocratique du Congo, 20e s., Bois, pigments, perles, cauris et textiles, 32 x 20 x 25 cm, Musée L, N° inv. E1891, Collection Claire et Robert Steichen, © J.-P. Bougnet
Tout n’est pas rite, et le moment du rite est spécifique, il « rompt le rythme de la quotidienneté pour ouvrir un espace-temps particulier ou “quelque chose se passe”, une transformation dans l’ordre initial des choses ». Le projet de cette exposition est né des Séminaires de recherches Art & Rite organisés de 2018 à 2020 dans le cadre du projet Louvain 2020 « Enseignement et recherche au cœur du musée-laboratoire » dont la promotrice est Charlotte Langohr.  
Un musée-laboratoire est la promesse d’un lieu privilégié d’analyse et de dialogue autour de la production culturelle. L’interdisciplinarité est au cœur de cette exposition qui interroge les objets, leur usage et leur histoire et qui interroge le visiteur au-delà du beau.

Korê, dite 671, Atelier de moulages d’Athènes (?), 19e  s. (?), Musée L, Plâtre, N°  inv. MA61,Fonds ancien de l’Université, D’après un original découvert sur l’Acropole  d’Athènes, fosse des Perses, vers 520 av. J.-C., marbre, conservé au Musée de l’Acropole à Athènes, © J.-P. Bougne
Korê, dite 671, Atelier de moulages d’Athènes (?), 19e s. (?), Musée L, Plâtre, N° inv. MA61,Fonds ancien de l’Université, D’après un original découvert sur l’Acropole d’Athènes, fosse des Perses, vers 520 av. J.-C., marbre, conservé au Musée de l’Acropole à Athènes, © J.-P. Bougne
Ce voyage nous invite au vivre ensemble, au respect pour la foi de nos parents. Loin de spécifier nos différences, la proximité des objets nous rassemble autour de nos espérances. Loin de signifier un temps passé et désuet, ces objets révèlent leur contemporanéité. Ils interpellent notre présent brûlant.

Quels sont nos rites aujourd’hui ? Quels en sont les objets ? Nous n’en avons pas obligatoirement conscience. Leur efficacité dépend de leur valeur partagée, leur caractère identitaire, leur impact émotionnel. « L’identité crée du rite et le rite crée de l’identité » (3). Les rites inventés par l’homme pour agir sur le réel ont besoin de l’objet associé au déroulement cérémoniel pour fonctionner.



Reste ainsi un questionnement à l’issue de la visite. Que reste-t-il à l’humanité une fois les rituels installés au musée ? La peur ? La violence ? Les rites nous ancrent dans la nature, les préserver, les inventer, nous sont indispensables pour vivre ensemble.

Bertrand Coty
Musée L : https://museel.be/fr
 
(1) Gadamer Hans Georg. Vérité et méthode. Les grandes lignes d’une herméneutique philosophique, Paris, seuil, 1976.
(2) Simmel Georg, La parure et autres essais, trad. Fr et présentation par M.Colomb, P. Marty et F. Vinas, Paris, Éditions de la MSH, 1998.
(3) Jeffrey Denis, Distinguer le rite du non-rite, dans Jeffrey Denis et Cardita Angelo, La fabrication des rites, Québec, Presses de l’université Laval, 2015.


France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Marché | Prospective | Industrie immobilière | Intelligence et sécurité économique - "Les carnets de Vauban"













Rss
Twitter
Facebook