Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Face à l'inflation alimentaire, 42% des Français modestes ont supprimé un repas





Le 8 Avril 2023, par Aurélien Delacroix

Les sondages se suivent et se ressemblent concernant les arbitrages des Français devant l'inflation alimentaire. Le dernier en date est alarmant : de nombreux ménages modestes ont tout simplement décidé de supprimer des repas.


Des arbitrages de plus en plus tendus

Face à la hausse des prix, en particulier des produits alimentaires, les Français ont mis en place des arbitrages de plus en plus importants. Un sondage Ifop pour « La Tablée des chefs » publié dans Le Parisien confirme les sacrifices que les ménages, et en particulier les plus modestes, sont désormais obligés de faire. Près de 8 Français sur 10 gagnant le smic ou moins ont choisi une solution contrainte : la réduction des achats alimentaires. Plus de la moitié des personnes interrogées ont réduit les portions.

Pire encore, 42% de ces Français (qui représentent 30% de la population) ont tout simplement décidé de supprimer un repas, qu'il s'agisse du petit déjeuner, du goûter ou du diner. Devant la hausse des prix parfois vertigineuse des prix dans les rayons des supermarchés, 52% achètent moins de légumes et de fruits qu'avant la flambée de l'inflation. Il se pose désormais la question de la santé : deux sondés sur trois craignent en effet que ces changements d'habitudes alimentaires aient un impact négatif sur leur santé à long terme.

Une inflation alimentaire qui accélère

L'Ifop explique que ces Français ne réduisent pas nécessairement la quantité de nourriture à chaque repas, mais que cela revient plus régulièrement. Les personnes qui vivent avec le smic ou moins a épuisé toutes les possibilités d'adapter les achats et leur seule solution désormais est tout simplement de réduire les produits de base.

Les ménages modestes se sont adaptés à la nouvelle donne, bien malgré eux, qu'a représenté l'augmentation des prix de l'énergie : électricité, gaz, essence. Mais la hausse des prix qui a frappé ces derniers mois les produits alimentaires a représenté le coup de grâce (+15%, alors que l'inflation selon l'Insee est de 5,6%). Les besoins essentiels font maintenant partie des arbitrages et bien souvent, les Français n'ont pas d'autre choix que de couper dans ces dépenses de base.




Nouveau commentaire :
Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Mémoire des familles, généalogie, héraldique | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Culture | Prospective | Immobilier, Achats et Ethique des affaires | Intelligence et sécurité économique - "Les carnets de Vauban"



Les entretiens du JDE

Tarek El Kahodi, président de l'ONG LIFE : "L’environnement est un sujet humanitaire quand on parle d’accès à l’eau" (2/2)

Tarek El Kahodi, président de l'ONG LIFE : "Il faut savoir prendre de la hauteur pour être réellement efficace dans des situations d’urgence" (1/2)

Jean-Marie Baron : "Le fils du Gouverneur"

Les irrégularisables

Les régularisables

Aude de Kerros : "L'Art caché enfin dévoilé"

Robert Salmon : « Voyages insolites en contrées spirituelles »

Antoine Arjakovsky : "Pour sortir de la guerre"













Rss
Twitter
Facebook