Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Face aux banques grecques, la BCE tape du poing sur la table





Le 7 Juillet 2015, par Léa Pfeiffer

Le conseil des gouverneurs de la BCE réuni lundi soir a pris la décision de prolonger les aides d'urgence aux établissements financiers grecques avec un plafond inchangé. Les banques resteront fermés jusqu'à mercredi.


shutterstock
shutterstock

Francfort durcit le ton

« Le Conseil des gouverneurs de la Banque centrale européenne a décidé aujourd'hui de maintenir l'ELA pour les banques grecques au niveau décidé le 26 juin 2015 après avoir discuté d'une proposition de la Banque de Grèce», a déclaré la BCE. Les banques vont donc pouvoir continuer de profiter du mécanisme de fourniture de liquidité d'urgence : ces prêts d'urgence, plafonnés à 89 milliards d'euros depuis fin juin. 

Le Conseil des Gouverneurs a néanmoins durci le ton. Il a refusé l'augmentation de 3 milliards d'euros demandée par la Banque de Grèce et surtout, dans son communiqué, la BCE indique que « la décote appliquée aux collatéraux a été ajustée. »  La BCE demande désormais plus de garanties aux banques grecques.

Pas plus de 60 euros par jour

Au lendemain du non des électeurs grecs aux réformes proposées par les créanciers, la décision des gouverneurs de la BCE était des plus attendues. Les banques grecques, qui ne bénéficient plus d'un régime de faveur qui leur permettait, jusqu'à février dernier, de se refinancer normalement auprès de la BCE, voient dans l'ELA une véritable bouée de sauvetage.


Les banques grecques resteront fermées encore deux jours. Cela fait déjà une semaine qu'elles ont été closes dans le cadre d'un contrôle des capitaux. Les Grecs ne sont autorisés à effectuer des retraits quotidiens jusqu'à 60 euros par personne. En attendant le référendum sur les réformes proposées par les créanciers du pays, la BCE avait consenti à les plonger dans un coma artificiel en décidant, fin juin, de maintenir les prêts d'urgence, sans en augmenter le plafond.


 

 





Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Marché | Billets d'humeur | Industrie immobilière



Les entretiens du JDE

​Droite-gauche : la fin d’une époque ?

Laurence Gilardo, déléguée syndicale SNTA/FO du groupe Casino : « les salariés comme les syndicats du groupe Casino doivent resserrer les rangs »

« Dans les échanges économiques entre les entreprises, la professionnalisation et l’éthique sont indissociables de la fonction achat », Bruno Crescent, ancien directeur des achats d’EDF

Pierre Bergounioux : « Les gouvernements, de droite comme de gauche, ont accompli le tour de force, depuis un demi-siècle, de ne rien changer à l’ordre des choses »

Marc Lazar : « La peuplecratie, c’est l’idée que la souveraineté du peuple est sans limites ».

Guillemette Devernois : « Maladies rares : Il faut s’emparer des avancées de la recherche scientifique »

« Appel à la guérilla mondiale »

Nicolas Pham, cofondateur de Beaubleu : « la Maison aux aiguilles rondes »









Rss
Twitter
Facebook