Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

FedEx et TNT ensemble pour le meilleur et le pire





Le 8 Avril 2015, par

Parfum de concentration dans le secteur des transporteurs. L’américain FedEx a dans le collimateur son concurrent européen hollandais TNT, qu’il souhaite acquérir pour 4,4 milliards d’euros.


(c) Shutterstock/EconomieMatin
(c) Shutterstock/EconomieMatin
Les marchés des deux entreprises sont bien localisés géographiquement : FedEx rayonne surtout aux États-Unis (qui représentent 60% de son chiffre d’affaires), tandis que TNT réalise 75% de ses revenus en Europe. Étant donné la géographie du pays, FedEx possède une solide flotte aérienne, tandis que le réseau de transporteurs routiers de TNT est inégalé.

Avaler TNT a un grand intérêt pour FedEx : cela lui permettra enfin d’opérer sur le vieux continent, où l’Américain ne possède que 5% du marché. Cela lui donnerait une meilleure assise pour concurrencer DHL et UPS, qui représentent respectivement 19% et 16% de parts de marché en Europe, quand FedEx se contente de 5%.

Il reste maintenant le plus dur : convaincre les régulateurs de chaque entité géographique. Aussi bien l’Europe que les États-Unis ont leur mot à dire dans cette fusion d’envergure, alors que le marché est déjà fortement concentré, synonyme de prix gelés. UPS et TNT avaient déjà essayés de se marier en 2013, mais l’Europe s’y était alors opposé. Toutefois, les marchés complémentaires auxquels s’adressent FedEx et TNT pourraient aider à faire passer la pilule : il y a peu de risques de doublons — et de casse sociale : TNT promet ainsi qu’il n’y aura aucune suppression d’emploi.


Journaliste spécialisé dans les nouvelles technologies, Olivier Sancerre est aussi versé dans... En savoir plus sur cet auteur

Tags : fedex, tnt

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Marché | Billets d'humeur | Industrie immobilière



Les entretiens du JDE

​Droite-gauche : la fin d’une époque ?

Laurence Gilardo, déléguée syndicale SNTA/FO du groupe Casino : « les salariés comme les syndicats du groupe Casino doivent resserrer les rangs »

« Dans les échanges économiques entre les entreprises, la professionnalisation et l’éthique sont indissociables de la fonction achat », Bruno Crescent, ancien directeur des achats d’EDF

Pierre Bergounioux : « Les gouvernements, de droite comme de gauche, ont accompli le tour de force, depuis un demi-siècle, de ne rien changer à l’ordre des choses »

Marc Lazar : « La peuplecratie, c’est l’idée que la souveraineté du peuple est sans limites ».

Guillemette Devernois : « Maladies rares : Il faut s’emparer des avancées de la recherche scientifique »

« Appel à la guérilla mondiale »

Nicolas Pham, cofondateur de Beaubleu : « la Maison aux aiguilles rondes »









Rss
Twitter
Facebook