Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Ferrero dévore les marques de biscuits du groupe Kellogg





Le 2 Avril 2019, par La Rédaction

Bouleversement sur le marché du biscuit : le groupe Ferrero va mettre 1,16 milliard d’euros sur la table pour acquérir l’activité biscuits de l’entreprise américaine Kellogg.


Ferrero croque ainsi plusieurs marques surtout connues aux États-Unis : Kleeber, Famous Amos, Mother's, Murray ainsi que Little Brownie Bakers ; le spécialiste italien de l’agro-alimentaire empoche également des marques de tartes et de snack aux fruits (Keebler’s, Fruity…). Ces entreprises détenues par le groupe Kellogg ont représenté un chiffre d’affaires de 800 millions d’euros l’an dernier. « Nous achetons un portefeuille de marques bien implantées que les consommateurs aiment, avec des positions très fortes sur le marché dans leurs différentes catégories, ce qui nous permet de considérablement diversifier notre portefeuille et de profiter des opportunités enthousiasmantes de croissance du marché des biscuits le plus important au monde », s’est réjoui Lapo Civiletti, le PDG de Ferrero.

Ces marques pèsent désormais 7,5% des ventes de Ferrero (sur un total de 10,7 milliards d’euros). Le groupe amplifie son effort de croissance sur le marché du biscuit et des confiseries : en 2018, il se portait en effet acquéreur de des activités confiserie de Nestlé aux États-Unis. Une transaction à 2,3 milliards d’euros : les chocolats Crunch, ainsi que Butterfinger, BabyRuth, Raisinets… Avec ce catalogue de marques de Kellogg, Ferrero poursuit sa mainmise sur le marché américain.

Ces nouvelles marques permettent à Ferrero de pointer à la troisième place du marché américain de la confiserie, derrière les géants que sont Hershey et Mars. Sur son marché domestique, en Italie, Ferrero préparerait une nouvelle offensive, cette fois dans le secteur des biscuits. L’entreprise emploie 30 000 personnes partout dans le monde, où elle compte 22 usines.



Tags : Ferrero

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Marché | Billets d'humeur | Industrie immobilière



Les entretiens du JDE

​Droite-gauche : la fin d’une époque ?

Laurence Gilardo, déléguée syndicale SNTA/FO du groupe Casino : « les salariés comme les syndicats du groupe Casino doivent resserrer les rangs »

« Dans les échanges économiques entre les entreprises, la professionnalisation et l’éthique sont indissociables de la fonction achat », Bruno Crescent, ancien directeur des achats d’EDF

Pierre Bergounioux : « Les gouvernements, de droite comme de gauche, ont accompli le tour de force, depuis un demi-siècle, de ne rien changer à l’ordre des choses »

Marc Lazar : « La peuplecratie, c’est l’idée que la souveraineté du peuple est sans limites ».

Guillemette Devernois : « Maladies rares : Il faut s’emparer des avancées de la recherche scientifique »

« Appel à la guérilla mondiale »

Nicolas Pham, cofondateur de Beaubleu : « la Maison aux aiguilles rondes »









Rss
Twitter
Facebook