Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Fiat Chrysler a retiré son projet de rapprochement avec Renault





Le 6 Juin 2019, par La rédaction

Pour bon nombre d’observateurs et d’économistes, il était évident que la fusion entre Fiat Chrysler et Renault allait demander un peu de temps avant d’être signée. Mais le groupe italo-américain n’a pas eu cette patience, en retirant abruptement son offre.


En apprenant qu’au deuxième jour de la réunion du conseil d’administration de Renault que l’État français avait demandé un report du vote, Fiat Chrysler a décidé de retirer purement et simplement sa proposition de fusion. Les administrateurs de Renault devaient voter la proposition de l’entreprise italo-américaine, mais le gouvernement a voulu obtenir le soutien de Nissan, membre de l’Alliance avec Renault et Mitsubishi. L’enjeu était de taille : la nouvelle entité née du rapprochement entre Renault et Fiat Chrysler se serait hissée à la troisième place des plus grands constructeurs automobiles au monde.

 

Et avec l’appui de Nissan, le groupe serait tout simplement devenu le numéro un mondial, loin devant Volkswagen et Toyota. Fiat Chrysler souhaitait visiblement aller vite, mais cette volonté s’est heurtée aux exigences de l’État français, premier actionnaire de Renault avec 15% du capital de l’entreprise. Le gouvernement voulait des garanties sur l’emploi, la politique industrielle, sa position capitalistique dans le nouvel ensemble. Et l’aval de Nissan, retardant ainsi le vote des administrateurs de Renault.

 

« Il est devenu clair que les conditions politiques en France ne sont actuellement pas réunies pour qu'une telle combinaison voie le jour avec succès », a déploré le conseil d’administration de Fiat Chrysler. Bruno Le Maire, le ministre de l’Économie, a pourtant martelé que le gouvernement était favorable à une telle opération d’envergure. Mais à son rythme…




Tags : Renault

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Marché | Billets d'humeur | Industrie immobilière



Les entretiens du JDE

Frederic Buisson, délégué syndical Groupe adjoint CFE – CGC du groupe Casino : "Casino conserve un temps d’avance par rapport à la concurrence"

François Bertauld, PDG de Médiane Système : "Aujourd’hui les entreprises de services du numérique sont devenues un soutien essentiel à l’innovation industrielle."

Justine Huiwen ZHANG : "Mieux comprendre la Chine"

Bernard Attali : "Un vent de violence"

Guerre économique : « c’est un leadership mondial qui se joue »

​Droite-gauche : la fin d’une époque ?

Laurence Gilardo, déléguée syndicale SNTA/FO du groupe Casino : « les salariés comme les syndicats du groupe Casino doivent resserrer les rangs »

« Dans les échanges économiques entre les entreprises, la professionnalisation et l’éthique sont indissociables de la fonction achat », Bruno Crescent, ancien directeur des achats d’EDF










Rss
Twitter
Facebook