Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Fin de partie pour l’A380





Le 14 Février 2019, par La Rédaction

Airbus cessera la production de l’A380 en 2021, au moment des dernières livraisons du très gros porteur. Les discussions avec Emirates, dernier client de l’avion, ont échoué.


Au terme des négociations avec Airbus, Emirates a réduit sa commande de 39 gros porteurs A380 ; celle-ci va être convertie en 40 A330neo et 30 A350. Cela représente un contrat de 21,4 milliards de dollars : du point de vue de la valeur, Airbus n’a pas à se plaindre de la transaction, mais symboliquement elle signifie la fin du programme A380. La compagnie aérienne recevra les derniers très gros porteurs en 2021 (qui restera un pilier de la flotte Emirates jusqu’en 2030), mais ensuite l’avionneur mettra un point final à cette aventure. La décision d’Emirates aura un impact sur les lignes de production de l’A380, ainsi que sur 3 000 à 3 500 emplois sur les trois prochaines années.

Les menaces sur l’emploi restent virtuelles pour le moment, car la commande d’A320 de la part d’Emirates va ouvrir des opportunités de mobilité interne, assure le constructeur. Néanmoins, Airbus ne sera peut-être pas en mesure de garder tous les employés évoluant au sein du programme A380. Tom Enders, le patron d’Airbus, regrette dans le communiqué du groupe que le carnet de commandes n’est « plus suffisant » pour maintenir la production de l’A380. 

Le très gros porteur a fait la fierté d’Airbus ainsi que d’Emirates, qui a bâti sa croissance sur l’A380 (la compagnie possède 109 des 232 A380 en circulation). Mais l’avionneur n’a pas su séduire au-delà : les contacts avec des compagnies chinoises ont fait chou blanc, exception faite de China Southern. IAG, qui était intéressé par l’achat d’unités supplémentaires (la compagnie britannique en exploite 12), voulait un effort sur le prix de l’A380, mais Airbus n’a pas pu en faire plus. L’A380 est facturé, prix catalogue, plus de 400 millions de dollars.



Tags : Airbus

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art market



Les entretiens du JDE

Les gilets jaunes sont-ils populistes ? par Francois-Bernard Huyghe

L’avenir de l’Europe passe par la Culture

Frédéric Pierucci : « Il y a une opportunité stratégique de rachat à GE de la branche nucléaire d’Alstom »

Guillaume Alvarez, vice-président senior de Steelcase : manager une entreprise mondialisée en France

Stéphane Roussel, COO de Vivendi et PDG de Gameloft : « Je me vois comme un dénicheur de talents »

La crise des gilets jaunes analysée par Eric Delbecque

Christian Aghroum : Gilets jaunes et mobilisation numérique

Philippe Schleiter: "faire réussir des choses extraordinaires par des gens ordinaires"








Opinion

Transition énergétique : arrêtez d’emmerder les français !

Transition énergétique : arrêtez d’emmerder les français !
Depuis des années, nous entendons parler de la fin du monde. Les gaz à effet de serre produits par les pays industriels aboutiraient à terme à la disparition de la vie sur terre. Il faudrait donc changer de mode de vie pour sauver la planète. On nous le répète à longueur de journée. Entre vivre et conduire, on choisit vite.

Jacques Debonsens











Rss
Twitter
Facebook