Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Financement participatif : les Français, tous investisseurs





Le 14 Février 2014, par

Le crowdfunding, ou financement participatif, connait un grand succès outre-Atlantique, où les particuliers n'hésitent pas à investir de leurs économies pour aider à la production d'un projet. Les Français ne sont pas non plus frileux quand il s'agit de miser sur des projets innovants. Le gouvernement va leur faciliter la tâche.


Financement participatif : les Français, tous investisseurs
De nouvelles règles vont en effet être édictées, comme annoncé par François Hollande lors de sa tournée dans la Silicon Valley. L'automne dernier, l'AMF et la Banque de France avaient proposé des axes de travail pour assouplir le financement participatif. Le gouvernement s'en est inspiré, en allant plus loin. La mesure la plus emblématique est l'autorisation, pour les petits investisseurs, de verser jusqu'à 1 000 euros pour un projet, alors que la limite devait être de 250 euros seulement. À noter que s'il ne sera pas possible à un particulier de prêter ou de donner plus de 1 000 euros, en revanche, il pourra prêter à plusieurs entreprises.
 
Les appels des entreprises au financement participatif devront se limiter à 1 million d'euros - la limite est actuellement de 100 000 euros, au-delà, il faut demander l'autorisation de l'AMF, ce qui a évidemment l'inconvénient de limiter fortement les ambitions; la recommandation initiale étant un relèvement de 300 000 euros, le gouvernement montre ici une réelle ambition pour pousser les entreprises innovantes à faire financer leurs projets en dehors des circuits classiques des banques, souvent frileuses.
 
Les porteurs de projets seront soumis à une série d'obligations, en particulier lorsque les sommes demandées sont importantes. Il devra en particulier préciser les risques de son projet - ce qui est déjà, en général, le cas. Enfin, un statut de CIP (Conseiller en investissement participatif) sera créé afin de « labelliser » les professionnels.
 
Aux États-Unis, des projets ont déjà dépassé des financements participatifs de 5, voire 10 millions de dollars. Il n'est pas certain qu'en France, on puisse atteindre de telles sommes, mais ces nouvelles règles consacreront l'essor du crowdfunding dans l'Hexagone.


Journaliste spécialisé dans les nouvelles technologies, Olivier Sancerre est aussi versé dans... En savoir plus sur cet auteur


Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Marché | Billets d'humeur | Industrie immobilière



Les entretiens du JDE

​Droite-gauche : la fin d’une époque ?

Laurence Gilardo, déléguée syndicale SNTA/FO du groupe Casino : « les salariés comme les syndicats du groupe Casino doivent resserrer les rangs »

« Dans les échanges économiques entre les entreprises, la professionnalisation et l’éthique sont indissociables de la fonction achat », Bruno Crescent, ancien directeur des achats d’EDF

Pierre Bergounioux : « Les gouvernements, de droite comme de gauche, ont accompli le tour de force, depuis un demi-siècle, de ne rien changer à l’ordre des choses »

Marc Lazar : « La peuplecratie, c’est l’idée que la souveraineté du peuple est sans limites ».

Guillemette Devernois : « Maladies rares : Il faut s’emparer des avancées de la recherche scientifique »

« Appel à la guérilla mondiale »

Nicolas Pham, cofondateur de Beaubleu : « la Maison aux aiguilles rondes »










Rss
Twitter
Facebook