Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Florent Skrabacz, CEO de Shadline : « L’invisibilité des données est la clé de la résilience numérique »





Le 19 Novembre 2018, par la Rédaction

Florent Skrabacz est le CEO de Shadline , une start-up française qui propose aux entreprises les plus exposées (banques, assurances, industries) une application de messagerie collaborative permettant de communiquer en toute sécurité et de garantir l’accès aux données critiques, même en cas d’attaque. L’astuce consiste à rendre les données invisibles et, donc, inattaquables. Une petite révolution dans la cybersécurité.


Qu’est-ce que Shadline, cette start-up que vous avez créée en 2016 ?
 
Shadline est le fruit de la rencontre du monde de la cybersécurité et du monde numérique. Cela était totalement neuf en 2016, date à laquelle les utilisateurs étaient encore très réfractaires à la cybersécurité. Il aura fallu quelques grosses cyberattaques, comme celle subie en 2017 par Saint-Gobain, pour changer la donne dans ce domaine.

Sur quel marché est positionné Shadline ?
 
Nous travaillons sur deux segments. Le premier, conventionnel, est celui de la protection des données et des échanges en les rendant insensibles à toute tentative d’attaque. Le second, en émergence, c’est la cyber-résilience.
 
Qu’est-ce que la cyber-résilience ?

La cyber-résilience peut se traduire par une question simple : « après une attaque, qu’est-ce qui reste à mon entreprise pour soutenir son activité, même dégradée ? »
Le cas de Saint-Gobain a mis en évidence le fait qu’en cas d’attaque, la plupart les entreprises partageant les mêmes systèmes, il se produit un effet domino qui peut tout détruire. C’est pourquoi il est devenu vital de disposer d’une diversité et d’une versatilité technologique plus grandes.
De fait, l’invisibilité des données est la clé de la résilience numérique.

Quelle solution avez-vous mise au point ?
 
Notre solution consiste à rendre les données totalement indépendantes technologiquement du système d’information de l’entreprise.
Au cœur de notre solution, il y a une technologie de fragmentation grâce à laquelle les données sont récupérées puis hachées en petits morceaux, sans aucun lien logique entre eux (à quoi s’ajoutent chiffrement, anonymisation, dispersion dans des clouds en France…). Avec cette technologie, les données n’existent plus et ne sont donc pas ex-filtrables en cas d’attaque.

Quel type d’usages proposez-vous aux entreprises ?
 
Notre technologie combine du chiffrement, de l’anonymisation et de la dispersion sur des clouds français. Sur cette base, nous avons développé deux usages. Tout d’abord un ensemble applications web et mobile à l’intention des personnes clés dans les entreprises, celles qui seront en première en cas de gestion de crise. Ensuite, usage plus complexe, nous avons la capacité de connecter les espaces de communication Shadline aux applications les plus sensibles de l’entreprise (du type Customer Relationship Management [CRM] ou Entreprise Resource Planning [ERP], comme SAP par exemple) de telle sorte que les entreprises, en prévention, peuvent opérer des mises à jour de données essentielles.
 
Pour quels clients travaillez-vous ?
 
Nos clients sont principalement issus de la banque-assurance et de l’industrie. Parmi notre vingtaine de clients depuis un an et demi, un gros tiers vient d’entreprises du CAC 40 et le restant d’entreprises plus petites. Shadline est particulièrement bien accueilli dans les fonctions RH, plus encore avec les contraintes récentes du Règlement général de protection des données (RGPD) émanant de l’Union européenne. Par exemple, certaines directions des RH choisissent Shadline pour gérer des politiques de mobilité interne. Pour des raisons de confidentialité évidentes, les chasseurs de têtes s’intéressent aussi à nos outils.
 
Quelles sont vos perspectives de développement ?
 
Depuis l’origine, Shadline fait le pari de l’innovation en cybersécurité et cyber-résilience. Nous avons su nouer des partenariats très solides avec des acteurs reconnus, notamment dans le Software as a Service (SaaS), dont découle près des deux tiers de notre chiffre d’affaires.
Concrètement, le marché de la cybersécurité est actuellement tiré par le haut par les comités exécutifs (COMEX) des grandes entreprises et se professionnalise, avec une attente croissante en matière de « service managé ». Et surtout, évolution majeure du marché, la cyber-résilience est désormais un sujet à la fois stratégique et opérationnel.
Notre objectif est de pénétrer dès début 2019 dans le monde anglo-saxon, notamment l’Irlande, l’Australie, et plus tard les USA.
 




Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising








Les entretiens du JDE

Les entretiens du JDE

La crise des gilets jaunes analysée par Eric Delbecque

Les gilets jaunes sont-ils populistes ? par Francois-Bernard Huyghe

Christian Aghroum : Gilets jaunes et mobilisation numérique

Philippe Schleiter: "faire réussir des choses extraordinaires par des gens ordinaires"

Gilles Imbert, groupe Interconstruction : « Les promoteurs indépendants sont obligés, plus que les autres, de tenir leurs engagements »

Loïk Le Floch-Prigent : « En finir avec le dérèglement industriel »

Florent Skrabacz, CEO de Shadline : « L’invisibilité des données est la clé de la résilience numérique »

Général Soubelet : « Traitons les vrais problèmes, ne poussons pas les Français à la révolte »









Rss
Twitter
Facebook