Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Foodora ne livrera plus de repas en France





Le 4 Août 2018, par

Foodora, l'entreprise de livraison de repas à domicile, veut devenir numéro 1 du secteur dans les pays où elle exerce son activité. Si elle n'est pas en mesure d'y parvenir, alors elle partira.


Foodora a annoncé son départ d'Australie à compter du 20 août. Et la société allemande a indiqué qu'elle arrêterait ses opérations en France, en Italie et aux Pays-Bas à une date qui reste encore à déterminer. Niklas Östberg, le PDG de la société, a expliqué durant la conférence des résultats trimestriels, que sur « les marchés où nous ne sommes pas numéro 1 et où nous ne voyons pas de moyen d'obtenir cette place », Foodora cessera ses activités. Premier pays visé : l'Australie, où la société s'était lancée en 2015.

Dans un communiqué, Foodora a confirmé son départ du continent afin de « concentrer son attention sur des marchés où la société entrevoit de meilleurs potentiels de croissance ». C'est aussi en Australie que l'entreprise est dans la ligne de mire des autorités, tout particulièrement de l'organisme en charge du respect des lois sur le travail. En juin, ce dernier avait estimé que Foodora avait fait signer des ersatz de contrats de travail aux livreurs, ce qui lui permet de les sous-rémunérer. Des reproches qui lui sont aussi fait en Italie…

À l'instar de ses concurrents Uber Eats et Deliveroo, Foodora fait l'intermédiaire entre les restaurants locaux et les livreurs, généralement à vélo. Des livreurs qui déplorent de mauvaises conditions de travail et de faibles rémunérations. Certains d'entre eux avaient organisé pendant la coupe du monde de football une grève pour protester contre leurs employeurs, sans que cela change grand chose dans le secteur.


Journaliste spécialisé dans les nouvelles technologies, Olivier Sancerre est aussi versé dans... En savoir plus sur cet auteur

Tags : Foodora

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising







Master Class

Master Class

Fabrice Lépine, DG de Wonderbox : "Nos partenaires sont les premiers ambassadeurs de notre marque"

Vincent Stellian, président de Quietalis : « Nos clients et nos partenaires nous font confiance parce que nous sommes indépendants »

Citelum veut "prolonger la vie au-delà de la tombée de la nuit." Jean-Daniel Le Gall, directeur général adjoint.

Agriculture : le printemps européen du ministre Stéphane Travert

Olivier Maes, le monde comme territoire de marque.

Homelike Home, la Dream Team de la chasse immobilière en France

Mode : la vraie révolution digitale a juste démarré

Les enjeux de la délégation de pouvoirs

















Rss
Twitter
Facebook