Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Forte baisse du trafic dans les aéroports parisiens au mois d'août





Le 16 Septembre 2020, par François Lapierre

Les aéroports français continuent de subir les conséquences des crises sanitaire et économique. Si l'activité a repris depuis le déconfinement, elle demeure très faible.


Une saison estivale à oublier

Les aéroports espéraient que la saison estivale allait leur permettre de rebondir, après un printemps durant lequel l'activité a été quasiment nulle. Orly a même tout simplement fermé ses portes durant de longues semaines. Malheureusement, le transport aérien est toujours en pleine convalescence. Au mois d'août, le trafic dans les aéroports parisiens n'a pas décollé : il s'est élevé à 30% du niveau d'il y a un an, d'après le bilan partagé par leur gestionnaire ADP. Les chiffres pour Paris-Charles-de-Gaulle (CDG) sont très mauvais, le trafic a ainsi chuté de 68,8% par rapport au mois d'août 2019. 

Le grand aéroport international s'est contenté d'accueillir 3,2 millions de passagers le mois dernier. Petite consolation, l'activité s'est un peu améliorée en comparaison du mois de juillet, où la baisse du trafic par rapport à l'an dernier s'était établie à 77,1%. Pour ce qui concerne Orly, le trafic commercial reprend doucement : l'activité a été suspendue le 1er avril, pour reprendre à partir du 26 juin pour Orly 3. Orly 4 est de nouveau opérationnel depuis le 13 juillet, et depuis le 24 août pour Orly 1.

L'activité toujours paralysée

À CDG, seuls les terminaux 2E, 2F et 2AC sont ouverts au trafic commercial. Sur les mois de juillet et d'août, CDG et Orly ont vu transiter 5,7 millions de passagers, à comparer aux 20,9 millions de l'an dernier sur la même période. Depuis le début de l'année, le trafic dans les aéroports a reculé de 65,1%, d'après ADP. L'Union des aéroports français a quant à elle constaté une chute brutale de l'activité aéroportuaire de 81% entre mars et août. Sachant que c'est au second trimestre que le confinement et les restrictions de déplacement ont été les plus soutenus.

Le transport aérien dans son ensemble n'est pas sorti de l'ornière, loin de là. Certaines lignes intérieures ont repris l'activité, ainsi qu'en Europe. Mais la recrudescence des cas de contamination implique pour les gouvernements de remettre en place des mesures d'endiguement, qui peuvent aller jusqu'à l'imposition de quatorzaines pour les voyageurs provenant de pays très touchés par le coronavirus. 




Nouveau commentaire :
Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Marché | Prospective | Industrie immobilière | Intelligence et sécurité économique - "Les carnets de Vauban"



Les entretiens du JDE

Couvre-feu : « leur » monde à l’envers

L’intégration des étrangers de France : du mythe à la réalité.

La fin du franc CFA : un livre qui bouscule les idées reçues.

C’est pire qu’un crime, c’est une faute

J’ai deux amours…

Institut Sapiens : « Les concessions autoroutières préservent l’intérêt général »

​Jean-Luc Favène, Directeur Général de Lissac : "Notre modèle de franchise à tout pour séduire indépendants et primo-franchisés"

Quand Wall Street revêt les ailes d’Icare













Rss
Twitter
Facebook