Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

GE : Belfort a un avenir





Le 2 Juin 2019, par La rédaction

General Electric entend bien rester à Belfort, malgré l’annonce de la suppression d’un millier d’emplois sur le site, qui a de l’avenir selon le directeur général France.


Le groupe américain GE a annoncé cette semaine un plan de réorganisation de ses effectifs en France, qui va toucher tout particulièrement le site de Belfort. Cette usine, qui compte 4 000 salariés, va devoir se séparer de mille d’entre eux au sein de l’activité « turbines à gaz ». Dans une interview au Journal du Dimanche, Hugh Bailey le patron de GE France, se veut optimiste : il y a des « perspectives » à Belfort, où le groupe veut maintenir son activité. Pas question donc de « fermer » l’usine, qui restera le « restera le premier site industriel de GE Power en Europe ». Le directeur général loue les « compétences d’excellence » sur place.

« Nous avons 16.000 employés en France, c'est plus que certaines entreprises du CAC 40, sur 20 sites industriels. Nous exportons 90% de notre production depuis la France. Nous y avons des compétences uniques. La France est stratégique pour GE », explique Hugh Bailey, dont le rôle est de « développer l'activité française et de la promouvoir à l'étranger ». En revanche, le site de Belfort doit « s’adapter », en particulier l’activité turbines à gaz ; celle-ci a toujours un avenir, notamment dans la fabrication de pièces aéronautiques.

Le patron de GE France trace d’autres perspectives pour le site : « Belfort travaille également pour le nucléaire, dont les perspectives sont à l'exportation, grâce à des partenariats stratégiques signés avec EDF et Rosatom. Nous avons un carnet de commandes de cinq ans dans ce secteur ». Il relève également que les énergies renouvelables se développent rapidement, et qu’il existe des opportunités dans le stockage d’énergie.




Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Marché | Billets d'humeur | Industrie immobilière



Les entretiens du JDE

Frederic Buisson, délégué syndical Groupe adjoint CFE – CGC du groupe Casino : "Casino conserve un temps d’avance par rapport à la concurrence"

François Bertauld, PDG de Médiane Système : "Aujourd’hui les entreprises de services du numérique sont devenues un soutien essentiel à l’innovation industrielle."

Justine Huiwen ZHANG : "Mieux comprendre la Chine"

Bernard Attali : "Un vent de violence"

Guerre économique : « c’est un leadership mondial qui se joue »

​Droite-gauche : la fin d’une époque ?

Laurence Gilardo, déléguée syndicale SNTA/FO du groupe Casino : « les salariés comme les syndicats du groupe Casino doivent resserrer les rangs »

« Dans les échanges économiques entre les entreprises, la professionnalisation et l’éthique sont indissociables de la fonction achat », Bruno Crescent, ancien directeur des achats d’EDF










Rss
Twitter
Facebook