Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

GE : plus de mille suppressions de postes en France





Le 29 Mai 2019, par François Lapierre

La mauvaise nouvelle est tombée ce mardi : le groupe américain General Electric a annoncé la suppression de plus de mille postes en France, la plupart concentré sur le site de Belfort.


General Electric a acquis début 2015 la branche Énergie d’Alstom, dans laquelle le site de Belfort occupe une place importante : c’est là que sont fabriquées des turbines à gaz. L’usine emploie 4 000 personnes, dont 1 900 rattachées à l’activité gaz. GE a annoncé ce mardi la suppression de 1 044 postes, la plupart concernant précisément l’entité turbines à gaz de Belfort (le site de Boulogne-Billancourt, dans les fonctions support, est également touché mais dans une moindre mesure). Le groupe a présenté son projet « d’évolution de l’organisation de ses activités gaz et fonctions support » aux instances représentatives du personnel.

Plusieurs élus locaux sont montés au créneau pour dénoncer la suppression de plus de la moitié des effectifs de l’activité gaz et, plus globalement, l’impact de cette décision sur la filière énergie en France. L’annonce, faite juste après les élections européennes, relancent aussi la controverse autour de la vente de la division Énergie d’Alstom. À l’époque, c’était Emmanuel Macron, alors ministre de l’Économie, qui avait géré le dossier et attribué l’activité à General Electric.

Pour emporter le morceau, GE avait notamment promis la création de mille emplois. C’est plutôt l’inverse qui se passe. Le chef de l’État a fait savoir depuis Bruxelles que le gouvernement se montrera « extrêmement vigilant » sur le respect des engagements de l’entreprise. Aux élus locaux, il avait envoyé un courrier début mai expliquant que si Belfort présentait des atouts, le contexte économique était difficile et qu’il fallait envisager une reconversion du site, par exemple dans les secteurs de l’aéronautique ou de l’hydrogène.



Tags : ge

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Marché | Billets d'humeur | Industrie immobilière



Les entretiens du JDE

​Droite-gauche : la fin d’une époque ?

Laurence Gilardo, déléguée syndicale SNTA/FO du groupe Casino : « les salariés comme les syndicats du groupe Casino doivent resserrer les rangs »

« Dans les échanges économiques entre les entreprises, la professionnalisation et l’éthique sont indissociables de la fonction achat », Bruno Crescent, ancien directeur des achats d’EDF

Pierre Bergounioux : « Les gouvernements, de droite comme de gauche, ont accompli le tour de force, depuis un demi-siècle, de ne rien changer à l’ordre des choses »

Marc Lazar : « La peuplecratie, c’est l’idée que la souveraineté du peuple est sans limites ».

Guillemette Devernois : « Maladies rares : Il faut s’emparer des avancées de la recherche scientifique »

« Appel à la guérilla mondiale »

Nicolas Pham, cofondateur de Beaubleu : « la Maison aux aiguilles rondes »










Rss
Twitter
Facebook