Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Gestion des données, fake news, impôts : Facebook France s’explique





Le 29 Avril 2019, par La Rédaction

L’image de Facebook ne cesse de prendre des coups depuis plusieurs mois. Les scandales et les failles de sécurité qui permettent à des éditeurs peu scrupuleux d’exploiter les données de millions d’utilisateurs sont une bien mauvaise publicité pour le réseau social.


Facebook, le plus grand réseau social de la planète, veut faire amende honorable. Son patron et fondateur, Mark Zuckerberg, se confond régulièrement en excuses, et appelle de ses vœux une gouvernance mondiale des données. En France, c’est Laurent Solly le patron de la branche tricolore de l’entreprise, de s’expliquer. Dans une interview au Parisien, il répond aux principaux problèmes qui touchent Facebook, à commencer par la gestion des données. « On essaye en permanence de tirer les leçons de ce qui s’est passé et de nous améliorer ». Il reconnait des erreurs et le fait que des « parties tierces [aient] utilisé des informations issues de Facebook sans autorisation ».

Les publications violentes, dégradantes ou pornographiques sont traquées : « Chaque jour, les centaines de millions de textes, photos et vidéos sont publiées sur Facebook », précise Laurent Solly. « Lorsqu’ils sont signalés, ils sont scrutés et analysés par 30 000 responsables de la sécurité et modérateurs, dont plus de 23 000 ont été embauchés l’année dernière. Sur 10 000 contenus postés, 23 à 27 sont considérés comme violents ». Sur le front des fausses nouvelles, le dirigeant français explique qu’au cours des six derniers mois de 2018, « 1,5 milliard de faux comptes, de fausses pages ont été supprimés ».

Les élections européennes du 26 mai seront d’ailleurs un test pour Facebook, qui a mis en place des outils pour éviter les tentatives d’interférences étrangères. Enfin, pour les impôts, Facebook va en payer de plus en plus : en 2017, l’entreprise n’en avait réglé que 1,9 million d’euros… « Facebook a grandi, Facebook a changé. Nous avons embauché, nous sommes devenus une entreprise installée en France ». Ce qui signifie davantage d’impôts. « Et je vais vous dire quelque chose : c’est normal ».



Tags : Facebook

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Marché | Billets d'humeur | Industrie immobilière



Les entretiens du JDE

Frederic Buisson, délégué syndical Groupe adjoint CFE – CGC du groupe Casino : "Casino conserve un temps d’avance par rapport à la concurrence"

François Bertauld, PDG de Médiane Système : "Aujourd’hui les entreprises de services du numérique sont devenues un soutien essentiel à l’innovation industrielle."

Justine Huiwen ZHANG : "Mieux comprendre la Chine"

Bernard Attali : "Un vent de violence"

Guerre économique : « c’est un leadership mondial qui se joue »

​Droite-gauche : la fin d’une époque ?

Laurence Gilardo, déléguée syndicale SNTA/FO du groupe Casino : « les salariés comme les syndicats du groupe Casino doivent resserrer les rangs »

« Dans les échanges économiques entre les entreprises, la professionnalisation et l’éthique sont indissociables de la fonction achat », Bruno Crescent, ancien directeur des achats d’EDF










Rss
Twitter
Facebook