Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

« Gilets jaunes » : l’État va consacrer 32 millions d’euros pour compenser le chômage partiel





Le 8 Janvier 2019, par Olivier Sancerre

Les manifestations des gilets jaunes de la fin d’année ont eu un impact sur l’activité des entreprises. Le gouvernement a évoqué la perte de 0,1 point de croissance, une baisse qui touche aussi des dizaines de milliers de salariés.


Cette perte d’activité due aux manifestations, aux blocages et aux violences provoquées par les casseurs pèse sur l’emploi : selon Muriel Pénicaud, invitée ce dimanche de BFM TV, ce sont 58 000 salariés qui sont menacés d’activité partielle ou de chômage technique. 92% des demandes proviennent des PME et des TPE, notamment dans les secteurs du commerce, de la construction et de l’artisanat. La ministre du Travail affirme que l’enjeu est maintenant de « sauvegarder leur emploi ». Pour ce faire, elle a mobilisé 32 millions d’euros pour aider ces salariés.

Ces demandes des entreprises auprès du ministère du Travail leur permettent de compenser le manque à gagner durant la période de chômage partiel. Une fois prévenus, l’État et l’Unedic versent  une allocation. Le 21 décembre dernier, le gouvernement avait évoqué 43 000 personnes au chômage partiel. Le nombre de salariés qui ne peuvent pas travailler en raison du mouvement des « gilets jaunes » augmente donc fortement. 

Muriel Pénicaud se dit « très inquiète » par le mouvement et ses répercussions sur l’activité. Après les nouvelles manifestations et les violences du week-end dernier, « ce sont quatre millions d'heures de travail potentiellement perdues », déplore-t-elle. La ministre ajoute : « un certain nombre d'entreprises et donc d'emplois sont menacés ». La crise ne touche pas que ces salariés : les effets indirects sont « monstrueux », souligne-t-elle, « on le voit sur l'investissement étranger, sur la confiance à investir, il y a déjà des effets. C'est clair que c'est un effet négatif ».




Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Marché | Billets d'humeur | Industrie immobilière | Intelligence et sécurité économique - "Les carnets de Vauban"













Rss
Twitter
Facebook