Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Google prêt à payer la taxe française sur les GAFA





Le 17 Décembre 2018, par François Lapierre

Si l’Union européenne ne parvient pas à se mettre d’accord sur le projet de directive franco-allemand de taxation des grandes entreprises du numérique, la France mettrait en place sa propre taxe nationale.


Et si la France devait instaurer une « taxe GAFA », Google est prêt à s’en acquitter, a indiqué Sébastien Missoffe, le directeur général de Google France. Durant une rencontre avec l’association des journalistes économiques et financiers, le dirigeant a expliqué que l’entreprise paiera « s'il y a une taxe sur le chiffre d'affaires qui est mise en place en France ou dans l'Union européenne », a-t-il affirmé. En revanche, il lui a été impossible pour lui de dire le montant que Google pourrait reverser : « la façon dont elle sera calculée n'a pas été communiquée ».

Paris et Berlin ont mis cette proposition sur la table européenne il y a quelques semaines, et elle est votée à l’unanimité (d’ici mars 2019) pour être appliquée. L’envergure du projet a été fortement réduit : si la taxe reste de 3% sur le chiffre d’affaires, seuls les activités de publicité en ligne seront concernées. Mais même avec cette assiette beaucoup plus petite, plusieurs États membres ont montré de l’hostilité. C’est pourquoi Bruno Le Maire a annoncé qu’une taxe à l’échelle française est envisagée dès l’année prochaine.

Google France, dont les revenus proviennent majoritairement de la publicité en ligne, a déclaré une chiffre d’affaires de 325 millions d’euros sur son dernier exercice. L’entreprise a réglé 14 millions d’euros d’impôt sur les sociétés. Ces revenus seraient en réalité bien plus importants : on les estime en effet à hauteur de 2 milliards d’euros. Mais comme tous les grandes entreprises internet, Google tire sur toutes les ficelles de l’optimisation fiscale.



Tags : google

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Marché | Billets d'humeur | Industrie immobilière



Les entretiens du JDE

​Droite-gauche : la fin d’une époque ?

Laurence Gilardo, déléguée syndicale SNTA/FO du groupe Casino : « les salariés comme les syndicats du groupe Casino doivent resserrer les rangs »

« Dans les échanges économiques entre les entreprises, la professionnalisation et l’éthique sont indissociables de la fonction achat », Bruno Crescent, ancien directeur des achats d’EDF

Pierre Bergounioux : « Les gouvernements, de droite comme de gauche, ont accompli le tour de force, depuis un demi-siècle, de ne rien changer à l’ordre des choses »

Marc Lazar : « La peuplecratie, c’est l’idée que la souveraineté du peuple est sans limites ».

Guillemette Devernois : « Maladies rares : Il faut s’emparer des avancées de la recherche scientifique »

« Appel à la guérilla mondiale »

Nicolas Pham, cofondateur de Beaubleu : « la Maison aux aiguilles rondes »










Rss
Twitter
Facebook