Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Grande distribution : les jetons des chariots en sursis





Le 20 Septembre 2021, par La rédaction

C'est une victime de la pandémie qui ne sera pas regretté par beaucoup de monde : le jeton ou la pièce de monnaie pour déverrouiller les chariots des supermarchés ! Plusieurs enseignes ont commencé à s'en débarrasser.


Chariot : le monnayeur n'a plus la cote

Casino, Auchan ou encore Carrefour, les grandes enseignes de distribution commencent à abandonner le monnayeur dans les chariots. Chez Carrefour, on explique au Parisien que c'était une demande récurrente des consommateurs : depuis le début de la crise sanitaire, les clients transportent moins de liquide sur eux, ils privilégient les paiements par carte ou sans contact. Chez Carrefour, ce sont 200 des 230 hypermarchés qui proposent des chariots en libre accès.

Du côté de Casino, le mouvement a débuté dès 2015 au sein de l'enseigne Franprix, où les chariots sont en libre service également. Chez Auchan, on a testé ce type de chariots dans quatre points de vente et l'expérimentation a été concluante : 35.000 chariots sans monnayeurs ont été commandés, ils seront proposés dans les trois années à venir au sein du réseau de l'entreprise.

Mesures antivol innovantes pour les chariots de supermarché

Si les chariots ont des monnayeurs, à alimenter avec des jetons spéciaux ou des pièces de monnaie, c'est pour une bonne raison : éviter les vols. Un chariot a un coût de 130 euros, un prix à multiplier par 2.000 en moyenne pour chaque hypermarché. Les enseignes comptent sur le civisme de leurs clientèles, et multiplient les ramasses : deux par jour, trois le samedi, jour de forte affluence.

Pour certains magasins, des systèmes d'antivol plus élaborés ont été mis au point comme une connexion Wi-Fi qui peut bloquer les freins dès qu'un certain périmètre est dépassé. D'autres ont opté pour des mécanismes qui bloquent les freins dès qu'un chariot s'aventure au-delà de câbles souterrains. D'une manière ou d'une autre, l'avenir des monnayeurs de chariots semble bel et bien bouché !




Nouveau commentaire :
Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Culture | Prospective | Industrie immobilière | Intelligence et sécurité économique - "Les carnets de Vauban"













Rss
Twitter
Facebook