Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Grève des livreurs à vélo pendant la dernière semaine de coupe du monde





Le 9 Juillet 2018, par

Les livreurs des principales plateformes de distribution de repas en France ont décidé de se mettre en grève pour réclamer un meilleur statut et de meilleures conditions de travail. Durant la dernière semaine de la coupe du monde de football...


Cela risque d’être difficile de recevoir la pizza pour la demi-finale entre la France et la Belgique ce mardi soir, ni pour la finale de la coupe du monde de football ce dimanche. Les livreurs des cinq plus grandes plateformes de distribution de repas (Deliveroo, Foodora, Uber Eats, Stuart et Glovo) ont appelé à un arrêt de travail pour toute cette semaine. Ils se disent prêts à « sacrifier » ce qui sera la semaine la plus rentable de l’année pour mettre en lumière leurs conditions de travail. 

Les livreurs veulent notamment « une tarification minimum horaire garantie, la prise en compte de la pénibilité de travail (pluie, week-end, nuit…), des plages de travail et une activité garantie », d’après le communiqué paru dimanche. Ces travailleurs « uberisés » sont payés à la course, et ils s’inquiètent du fait que les plateformes ne cessent de recruter de nouveaux livreurs, réduisant ainsi le gâteau des livraisons pour tout le monde. Or, les commandes sont leur seule garantie de rémunération, exposent les grévistes. Ceux qui mettront le pied à terre cette semaine risquent d’ailleurs de laisser le gros des commandes à ceux qui ont décidé de poursuivre le travail dans les prochains jours.

Les livreurs ont une autre crainte, représentée par un amendement déposé par Aurélien Taché de la République en Marche. Ce texte, intégré au projet de loi Avenir professionnel, propose aux plateformes d’établir une charte définissant les droits et obligations des employeurs, ainsi que celles des livreurs. De plus, « l’établissement de la charte et le respect des engagements pris par la plateforme ne peuvent caractériser l’existence d’un lien de subordination juridique entre la plateforme et les travailleurs ». Ce qui signifie que les livreurs ne pourront être requalifiés en salariés (ils sont actuellement indépendants). Les grévistes estiment que cet amendement ne peut qu’ « instituer la dépendance et la précarité des travailleurs ».


Journaliste spécialisé dans les nouvelles technologies, Olivier Sancerre est aussi versé dans... En savoir plus sur cet auteur

Tags : livraison

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising








Les entretiens du JDE

Les entretiens du JDE

Florent Skrabacz, CEO de Shadline : « L’invisibilité des données est la clé de la résilience numérique »

Général Soubelet : « Traitons les vrais problèmes, ne poussons pas les Français à la révolte »

Entretien avec Ignacio de la Torre : "Nous vivons le début de la fin de « l’argent bon marché » !"

Fabrice Lépine, DG de Wonderbox : "Nos partenaires sont les premiers ambassadeurs de notre marque"

Vincent Stellian, président de Quietalis : « Nos clients et nos partenaires nous font confiance parce que nous sommes indépendants »

Citelum veut "prolonger la vie au-delà de la tombée de la nuit." Jean-Daniel Le Gall, directeur général adjoint.

Agriculture : le printemps européen du ministre Stéphane Travert

Olivier Maes, le monde comme territoire de marque.

















Rss
Twitter
Facebook