Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Guillaume Pepy a la confiance d'Edouard Philippe





Le 3 Janvier 2018, par

Guillaume Pepy, le président de la SNCF, est-il sur un siège éjectable ? La question se pose alors que l'entreprise a connu une mauvaise année 2017 en termes de retards et de perturbations.


Le Premier ministre Edouard Philippe a voulu clarifier les choses ce mercredi devant les caméras de France 2. « Par définition », Guillaume Pepy a « la confiance » du gouvernement, a-t-il souligné : « soit le patron d'une entreprise a ma confiance et auquel cas je le soutiens... Soit il ne l'a plus et auquel cas je le change », a expliqué le locataire de Matignon, qui a surenchéri : si Guillaume Pepy n'avait plus sa confiance, alors « il ne serait plus président de la SNCF ».

Malgré tout, cela n'empêche pas l'exécutif de vouloir discuter avec les présidents des entreprises publiques, sans toutefois « personnaliser le sujet ». Le patron de la SNCF va ainsi rencontrer la ministre des Transports le 8 janvier, dans le cadre d'une convocation en lien avec les nombreux problèmes rencontrés par l'entreprise l'an dernier. Dans Le Parisien, Guillaume Pepy n'a pas cherché à nier la réalité : « Avec l'alimentation électrique et la signalisation, on attaque un sujet plus difficile. L'âge moyen du réseau commencera à baisser en 2025 ».

Néanmoins, le président de la SNCF a été clair, et il l'a répété ce mardi au micro de BFM TV : « Mon mandat est à la disposition du gouvernement ». En clair, c'est l'exécutif qui décidera de son sort si d'aventure le gouvernement cherchait à le remplacer. Le mandat actuel de Guillaume Pepy court jusqu'en 2020. On saura le 8 janvier à quelle sauce le gouvernement veut le manger.


Journaliste spécialisé dans les nouvelles technologies, Olivier Sancerre est aussi versé dans... En savoir plus sur cet auteur

Tags : SNCF

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Marché | Opinion



Les entretiens du JDE

Les gilets jaunes sont-ils populistes ? par Francois-Bernard Huyghe

L’avenir de l’Europe passe par la Culture

Frédéric Pierucci : « Il y a une opportunité stratégique de rachat à GE de la branche nucléaire d’Alstom »

Guillaume Alvarez, vice-président senior de Steelcase : manager une entreprise mondialisée en France

Stéphane Roussel, COO de Vivendi et PDG de Gameloft : « Je me vois comme un dénicheur de talents »

La crise des gilets jaunes analysée par Eric Delbecque

Christian Aghroum : Gilets jaunes et mobilisation numérique

Philippe Schleiter: "faire réussir des choses extraordinaires par des gens ordinaires"










Rss
Twitter
Facebook