Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Guillaume Pepy défend la SNCF et les cheminots contre le dénigrement





Le 7 Mars 2018, par

Guillaume Pepy, le président de la SNCF, n'a pas l'intention de rempiler pour un troisième mandat à la tête de l'entreprise de transport ferroviaire. Il est en poste depuis dix ans.


Sur Europe 1, le patron de la SNCF explique qu'il ne sollicitera pas de troisième mandat, parce que, « après une dizaine d'années à la SNCF, je pense que c'est bien qu'il y ait un œil neuf ». Il arrêtera donc de diriger l'entreprise en 2020, à la fin de son second mandat, comme cela a été le cas pour ses prédécesseurs, Louis Gallois et Jacques Fournier. « J'ai la responsabilité de conduire cette entreprise et c'est une entreprise formidable », assure-t-il, alors que le gouvernement discute avec les partenaires sociaux sur l'avenir de la SNCF.

Une réforme en profondeur, qui doit acter l'extinction du statut des cheminots (les nouvelles embauches le seront sous un autre statut). À ce propos, « je voudrais pousser un coup de gueule », a-t-il dit. « En ce moment, on est vraiment dans une période de SNCF bashing et de cheminot bashing, et j'en ai assez. Je trouve que c'est nul et que c'est inutile » assène Guillaume Pepy. À ceux qui disent que les cheminots sont des fainéants, il répond : « Non il n'y a pas de prime de charbon, non il n'y a pas 28 jours de RTT. En revanche, oui, il y a de l'engagement, il y a de la compétence et il y a des efforts ».

En revanche, il admet que ce statut va devenir une anomalie alors que le ferroviaire français va s'ouvrir à la concurrence : « la SNCF ne peut pas être la seule entreprise à embaucher au statut » de cheminot. L'entreprise a besoin de « rester elle-même, c'est-à-dire un grand service public pour les Français, il faut qu'elle se réinvente », indique-t-il en affirmant aussi que « personne n'a intérêt à une grève ». Un mouvement est prévu le 22 mars contre la réforme de la SNCF.


Journaliste spécialisé dans les nouvelles technologies, Olivier Sancerre est aussi versé dans... En savoir plus sur cet auteur

Tags : SNCF


1.Posté par liotard le 08/03/2018 19:56 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
« la SNCF ne peut pas être la seule entreprise à embaucher au statut » de cheminot......

Et-c a dire que le statut des cheminots Francais serait mieux que les statuts des autres cheminots européens ? Comparons les statuts entre eux et faisons une grand première en Europe : harmonisons les statuts, en prenant ce qu'il y de meilleur dans chacun d'eux pour les salariés . C'est la seule façon de procéder si ont veut sauver ce qu'il reste de construction Européenne .

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art market



Les entretiens du JDE

Les gilets jaunes sont-ils populistes ? par Francois-Bernard Huyghe

L’avenir de l’Europe passe par la Culture

Frédéric Pierucci : « Il y a une opportunité stratégique de rachat à GE de la branche nucléaire d’Alstom »

Guillaume Alvarez, vice-président senior de Steelcase : manager une entreprise mondialisée en France

Stéphane Roussel, COO de Vivendi et PDG de Gameloft : « Je me vois comme un dénicheur de talents »

La crise des gilets jaunes analysée par Eric Delbecque

Christian Aghroum : Gilets jaunes et mobilisation numérique

Philippe Schleiter: "faire réussir des choses extraordinaires par des gens ordinaires"








Opinion

Transition énergétique : arrêtez d’emmerder les français !

Transition énergétique : arrêtez d’emmerder les français !
Depuis des années, nous entendons parler de la fin du monde. Les gaz à effet de serre produits par les pays industriels aboutiraient à terme à la disparition de la vie sur terre. Il faudrait donc changer de mode de vie pour sauver la planète. On nous le répète à longueur de journée. Entre vivre et conduire, on choisit vite.

Jacques Debonsens











Rss
Twitter
Facebook