Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

H&M gère très mal la vente de sa collection spécial Isabel Marant





Le 15 Novembre 2013, par

Ce n'est pas la première fois qu'une marque de vêtements est confrontée à une mauvaise gestion d'une vente spéciale en ligne mais, malgré toutes les erreurs passées, il semblerait que la vente sur internet soit toujours confrontée à une erreur d'appréciation.


(c) H&M
(c) H&M

H&M a tout mis de son côté pour réussir la vente de sa collection spéciale réalisée par la créatrice de mode française Isabel Marant. Depuis le début de l'été les campagnes de communication et les événements se succèdent sur Internet et dans le monde réel pour attiser la curiosité et l'envie des amatrices de mode.


Dernier coup de communication en date, en octobre 2013 H&M a organisé un grand défilé à Paris pour présenter justement cette collection spéciale et très limitée créé pour la marque par Isabel Marant. Mais H&M en a un peu trop fait.


Rapidement, la nouvelle s'est répandue dans la blogosphère des amatrices de mode. Isabel Marant est en effet une des créatrices les plus en vogue en ce moment et les bas prix de H&M ont tout pour attirer les foules. C'est d'ailleurs ce qui s'est passé, mais H&M n'a pas su gérer la chose.


Ce n'est pas faute d'avoir essayé : pour l'ouverture de la vente sur internet la marque de vêtements avait créé un mini site spécial dédié uniquement à la collection Isabel Marant, espérant pouvoir ainsi gérer le trafic du site. Mais elle n'a pas calculé le buzz qu'elle a elle-même créé. Résultat : le mini site a rapidement été hors service.


Les équipes de H&M ont donc mis en place une sorte de file d'attente virtuelle qui a atteint des records : certaines personnes se sont plaintes sur les réseaux sociaux d'avoir attendu plusieurs heures avant de pouvoir accéder au site. Une attente qui n'aurait pas été un problème si, une fois la connexion obtenue, ces personnes ne se soient trouvées devant une rupture de stock généralisée.


Les commentaires et les plaintes se sont alors généralisées sur les réseaux sociaux. Un véritable bad buzz pour H&M qui n'a pas encore fait de commentaire officiel.



Paolo Garoscio
Après son diplôme de Master en Philosophie du Langage, Paolo Garoscio a décidé de se tourner vers... En savoir plus sur cet auteur


Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Marché | Billets d'humeur | Industrie immobilière



Les entretiens du JDE

​« L’Etat ne peut pas se transformer en « père fouettard » et réguler avec des mesures très restrictives les acteurs innovants de l’économie collaborative »

"Les collectivités territoriales sont nos partenaires privilégiés." Carmen Munoz, Directrice Générale de Citelum

Frederic Buisson, délégué syndical Groupe adjoint CFE – CGC du groupe Casino : "Casino conserve un temps d’avance par rapport à la concurrence"

François Bertauld, PDG de Médiane Système : "Aujourd’hui les entreprises de services du numérique sont devenues un soutien essentiel à l’innovation industrielle."

Justine Huiwen ZHANG : "Mieux comprendre la Chine"

Bernard Attali : "Un vent de violence"

Guerre économique : « c’est un leadership mondial qui se joue »

​Droite-gauche : la fin d’une époque ?










Rss
Twitter
Facebook