Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

HSBC France réduit les effectifs dans la banque d'investissement





Le 7 Juillet 2020, par François Lapierre

L'activité de banque d'investissement en Europe n'est plus aussi intéressante que par le passé. HSBC a annoncé son intention de supprimer des emplois en France.


235 postes supprimés

En France, l'activité de banque d'investissement de HSBC emploie 678 collaborateurs. La filiale française de la banque britannique a l'intention de supprimer 235 postes, d'après une communication auprès des instances représentatives du personnel. HSBC n'est pas le premier établissement financier à réduire ainsi la voilure dans ce secteur spécifique : les banques BNP Paribas, Barclays, Commerzbank, la Société Générale, ou encore la Deutsche Bank ont toutes l'intention de réduire leur activité dans ce domaine. Les taux bas actuellement en vigueur en Europe, ainsi que la législation plus serrée qui pèse sur les banques d'investissement, sont des freins à l'expansion de cette activité.

Selon la direction de HSBC France, ces suppressions de poste vont permettre de réallouer des capitaux et des ressources pour faire face aux « défis structurels » de l'activité de banque d'investissement. Il s'agit également de se concentrer sur des « activités rentables », tout en réduisant les coûts et « défendre notre compétitivité ». Au delà de cette activité, la banque cherche à réduire ses coûts en France et dans le monde.

La cession de la banque de particuliers toujours en cours

HSBC est en pleine opération de cession de sa banque de particuliers dans l'Hexagone : 250 agences qui emploient de 3.500 à 5.000 salariés, un réseau issu de l'acquisition du Crédit commercial de France. La Banque Postale s'intéresse au dossier, tout comme Oddo. La Société Générale avait fait part de son intérêt, mais il semble que la banque ait décidé de prendre du recul. Dans le reste du monde, HSBC entend supprimer 35.000 postes sur un total de 235.000. Une coupe claire liée aux résultats financiers en chute de l'entreprise.

Pour ce qui concerne la France, et malgré ces départs dans la banque d'investissement et la cession de la banque de particuliers, HSBC a toujours des projets. Notamment l'intégration de la banque continentale à Paris, avec l'ambition d'ouvrir les portes de l'Europe aux clients de l'établissement. Mais crise aidant, plusieurs activités (produits dérivés, notamment) vont finalement repasser à Hong Kong, berceau du groupe.



Tags : HSBC

Nouveau commentaire :
Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Marché | Prospective | Industrie immobilière | Intelligence et sécurité économique - "Les carnets de Vauban"



Les entretiens du JDE

La France doit consacrer l’importance stratégique d’une filière de l’hygiène

Sacha Lazimi (Yubo) : « En termes de communauté, nous sommes la première application sociale 100 % made in France »

Relance économique : de la nécessité d’intégrer la sécurisation des échanges inter-entreprises

Le chômage américain baisse… si vous excluez les CDD

TwentyTwo Real Estate: "agilité et rigueur face au risque" (Daniel Rigny)

Comment réagir face à l'entrisme islamique en entreprise

« Fantaisies quantiques » : Quand la collaboration des chercheurs fait avancer l’humanité !

« MAINSTREAM » : Il y a bien une bataille mondiale pour une domination culturelle













Rss
Twitter
Facebook