Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Hôpitaux publics : pas de reprise de la dette par l'État





Le 11 Novembre 2019, par La rédaction

Le gouvernement veut prendre très au sérieux la crise dans les hôpitaux et les urgences, qui ne cesse de prendre de l'ampleur alors que se profile la contestation du 5 décembre contre la réforme des retraites.


Climat de grève

Cette semaine aura lieu une grande journée de manifestation des personnels hospitaliers à Paris. L'exécutif veut faire le maximum pour éviter une « coagulation » des mouvements, c'est pourquoi Agnès Buzyn, la ministre de la Santé, bénéficierait de coudées franches pour mettre en place des solutions qui seront présentées dans le courant du mois. Parmi celles-ci, la possibilité de la reprise de la dette des hôpitaux publics a été évoquée à plusieurs reprises dans la presse.

Cette dette pèse 30 milliards d'euros. C'est un énorme fardeau pour les hôpitaux publics, qui les empêchent d'investir et qui pousse les établissements à emprunter sur les marchés financiers pour financer cette dette. À des taux très élevés, de 2% à 4%, alors que l'État emprunte à des taux négatifs. Par conséquent, il y a une certaine logique économique à ce que les pouvoirs publics reprennent cette dette, comme cela avait été le cas de celle de la SNCF.

30 milliards de dettes

La renégociation de la dette des hôpitaux publics permettrait de dégager plusieurs centaines de millions d'euros, de l'argent frais qui pourrait être immédiatement mobilisable pour améliorer le quotidien des personnels. Mais ce n'est pas l'option envisagée par le ministère de l'Économie, a expliqué Bercy à l'AFP. Le Journal du Dimanche avait pourtant repris cette hypothèse en indiquant qu'une reprise partielle ou totale était à l'étude.

Mais Bercy oppose une fin de non recevoir. D'autres leviers pourront être utilisés, comme la hausse des dépenses de santé. La loi de financement de la Sécurité sociale pour 2020 est actuellement en cours de discussion à l'Assemblée : l'occasion d'une annonce pour Agnès Buzyn pour tenter de répondre aux revendications des grévistes.





1.Posté par Sylvain le 13/11/2019 15:03 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Il n'y a plus d'argent? vous plaisantez j'espère! Macron a demandé l'année passée 1 milliards d'économies aux hôpitaux déjà exsangues... Par contre Macron n'a jamais rien demandé aux rentiers de la finance , rien, pourtant vous avez 80 milliards (officiellement) d'optimisation fiscale légale , plus 100 milliards de niches fiscales dont un bon tiers est inutile, plus 60 à 80 milliards de fraude fiscale pure (chiffres de Bercy) plus 20 milliards de fraude à la TVA ça fait du lourd de chez lourd . Et que veut le président? alléger les normes alléger les contrôles!
Un autre président fera un décret un vendredi: interdiction de tout trafic avec les paradis fiscaux de la zone noire puis grise sous peine du retrait des licences bancaires , point barre. Vous verrez que des centaines de milliards pleureront pour revenir vers l'économie réelle , la seule véritable. Le High frequency trading ça vous dit quelque chose ? il faudra le taxer à 1 cent et interdire le shadow banking, allez voir un peu, les banques font du hors bilan de façon industrielle sans aucun contrôle , une folie pure et ...avec notre argent ....il faut un Glass Steagall Act ferme

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Marché | Billets d'humeur | Industrie immobilière | Intelligence et sécurité économique - "Les carnets de Vauban"













Rss
Twitter
Facebook