Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Huawei privé de composants américains





Le 14 Septembre 2020, par François Lapierre

Washington va-t-il finalement réussir à asphyxier Huawei ? À compter de ce lundi 14 septembre, le géant chinois est interdit d'utiliser des composants américains dans ses produits.


Les smartphones de Huawei sur la sellette

La pression américaine sur Huawei, accusé d'être le bras armé de Pékin dans la cyberguerre que mène la Chine contre les États-Unis, franchit un nouveau seuil ce lundi. Les composants et semi-conducteurs américains indispensables à la production des processeurs du constructeur chinois lui sont désormais interdits. Ce qui signifie que la fabrication des puces Kirin par HiSilicon (filiale de Huawei), est paralysée. Ces processeurs sont au cœur des smartphones haut de gamme de Huawei. L'interdiction avait été annoncée en mai par le gouvernement américain, qui avait demandé aux sous-traitants de Huawei présents dans le monde entier de ne plus lui fournir de composants contenant des technologies américaines.

Huawei a indiqué au mois d'août que la production des puces Kirin 9000 allait s'interrompre à partir de mi-septembre. C'est un coup dur pour le constructeur qui a dû arrêter de se fournir auprès de Qualcomm, dont les puces Snapdragon faisaient fonctionner une bonne partie de ses smartphones. Résultat : Huawei ne devrait produire que 50 millions d'appareils en 2021, un volume en baisse de près de 75% par rapport à 2020 ! L'entreprise, qui ambitionnait de devenir numéro 1 mondial des smartphones, va devoir repenser complètement sa stratégie industrielle.

Un système d'exploitation concurrent d'Android

Huawei n'a cependant pas attendu cette nouvelle interdiction américaine pour prendre les devants. Le constructeur, qui ne peut plus intégrer les services de Google, a lancé le développement de son propre système d'exploitation baptisé HarmonyOS. Avec l'ambition d'en faire une alternative crédible à Android. À l'heure actuelle, ce logiciel est très loin de faire l'unanimité, mais Huawei peut compter sur le soutien du gouvernement chinois et des consommateurs de son marché domestique pour le soutenir.

Reste que cette impossibilité nouvelle de se fournir en composants américains est un véritable casse-tête. Les technologies américaines infusent dans quasiment toutes les puces indispensables pour construire un smartphone. Sans elles, il paraît très compliqué de continuer à produire des téléphones capables de rivaliser avec ceux de Samsung ou d'Apple. À moins que la Maison Blanche n'accorde des dérogations à des fournisseurs, mais c'est un espoir ténu.



Tags : Huawei

Nouveau commentaire :
Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Marché | Prospective | Industrie immobilière | Intelligence et sécurité économique - "Les carnets de Vauban"



Les entretiens du JDE

Institut Sapiens : « Les concessions autoroutières préservent l’intérêt général »

​Jean-Luc Favène, Directeur Général de Lissac : "Notre modèle de franchise à tout pour séduire indépendants et primo-franchisés"

Quand Wall Street revêt les ailes d’Icare

La France doit consacrer l’importance stratégique d’une filière de l’hygiène

Sacha Lazimi (Yubo) : « En termes de communauté, nous sommes la première application sociale 100 % made in France »

Relance économique : de la nécessité d’intégrer la sécurisation des échanges inter-entreprises

Le chômage américain baisse… si vous excluez les CDD

TwentyTwo Real Estate: "agilité et rigueur face au risque" (Daniel Rigny)













Rss
Twitter
Facebook