Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

IATA : il faut 200 milliards de dollars pour sauver le transport aérien





Le 25 Mars 2020, par Olivier Sancerre

Le transport aérien sera l'un des plus touchés par la crise du coronavirus. L'IATA, l'Association du transport aérien international, sonne l'alerte : les pertes seront bien plus élevées que prévu.


Coup de bambou

Il y a une semaine, l'IATA avait estimé que le secteur du transport aérien allait perdre 113 milliards de dollars dans le scénario le plus noir. L'association a revu l'hypothèse largement à la hausse : les pertes des compagnies aériennes atteindront désormais 252 milliards, soit une chute brutale des revenus de 44% par rapport à l'année précédente. Les restrictions « sévères » des voyages ne seront pas levées avant « trois mois », estime désormais l'organisation, ce qui provoquera une baisse importante du trafic passagers (-38%) d'une année sur l'autre. L'IATA prévoit également que la crise sanitaire va déboucher sur une récession mondiale pour 2020, entre la fermeture des frontières et les mesures de confinement.

Autre difficulté pour le secteur du transport aérien : la reprise de l'activité pourrait n'être que graduelle, alors que l'IATA espérait qu'elle soit en « V ». C'est à dire une reprise forte des vols. De plus, ce rebond progressif n'aura lieu qu'en 2021 en raison de l'impact de la récession attendue sur l'emploi et la confiance. Les compagnies aériennes ne devraient retrouver leur pleine capacité que d'ici la fin de l'année.

Visibilité réduite

Les compagnies aériennes font face à de sérieuses difficultés de trésorerie. Selon l'IATA, leur visibilité est de deux mois seulement. Par conséquent, l'association s'attend à une crise de liquidités : aucune recette, mais toujours des coûts. Les transporteurs les plus fragiles n'y survivront pas, alors que la période d'avant le coronavirus était déjà compliquée, entre guerre des prix sur les billets et prix du pétrole élevé.

L'IATA lance un appel aux États pour agir le plus rapidement possible pour soutenir le secteur. Les compagnies aériennes prendront tout ce qui est possible : prêts, garanties de prêts, allègement de charges sociales et d'impôts, aides directes. D'après l'organisation, ce sont 200 milliards de dollars d'argent public qui sont nécessaires pour soutenir les transporteurs…




Nouveau commentaire :
Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Marché | Prospective | Industrie immobilière | Intelligence et sécurité économique - "Les carnets de Vauban"



Les entretiens du JDE

Le MoHo : un collectif pour changer le monde !

Couvre-feu : « leur » monde à l’envers

L’intégration des étrangers de France : du mythe à la réalité.

La fin du franc CFA : un livre qui bouscule les idées reçues.

C’est pire qu’un crime, c’est une faute

J’ai deux amours…

Institut Sapiens : « Les concessions autoroutières préservent l’intérêt général »

​Jean-Luc Favène, Directeur Général de Lissac : "Notre modèle de franchise à tout pour séduire indépendants et primo-franchisés"













Rss
Twitter
Facebook