Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Ikea : la restauration, c'est du sérieux





Le 12 Juin 2017, par

Ikea, c'est bien évidemment le spécialiste de l'ameublement en kit à petit prix. Mais de plus en plus, c'est aussi un lieu où… l'on vient manger. À tel point que cette activité, qui pèse de plus en plus lourd, est désormais clairement favorisée par la direction de l'enseigne.


Les fameuses boulettes suédoises rapportent gros à Ikea. Ce sont 550 millions de ces boulettes qui sont services chaque année dans le monde, rapporte Capital. L'activité restauration a généré l'an dernier 1,7 milliard d'euros. Rien qu'en France, les ventes de la division ont atteint 100 millions en 2016, ce qui représente une croissance de 8,3%. 3 millions de hot-dogs ont été écoulés dans les 33 restaurants Ikea répartis sur le territoire hexagonal.

Ikea compte en tout 390 points de restauration sur la planète. Selon les estimations du patron d'Ikea Food Michael La Cour, 20% des clients qui viennent dans les magasins du groupe ne sont là… que pour le restaurant. Il faut dire que les prix sont tirés au plus bas : le cornet de glace coûte 50 centimes, le petit déjeuner est à 1 euro… Des tarifs qui ne sont pas là par hasard : ils renforcent l'aspect « prix bas » du magasin.

Dans les assiettes d'Ikea, on trouve 60% de spécialités suédoises, et 40% de produits locaux. Les volumes commandés par l'enseigne sont tels que l'entreprise parvient à générer des marges particulièrement juteuses : on parle de 50% sur les ingrédients. Ikea veut creuser le sillon de la restauration en créant des concepts au cœur des villes, comme un « fond truck » en Allemagne.


Journaliste spécialisé dans les nouvelles technologies, Olivier Sancerre est aussi versé dans... En savoir plus sur cet auteur

Tags : ikea

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Marché | Billets d'humeur | Industrie immobilière



Les entretiens du JDE

Frederic Buisson, délégué syndical Groupe adjoint CFE – CGC du groupe Casino : "Casino conserve un temps d’avance par rapport à la concurrence"

François Bertauld, PDG de Médiane Système : "Aujourd’hui les entreprises de services du numérique sont devenues un soutien essentiel à l’innovation industrielle."

Justine Huiwen ZHANG : "Mieux comprendre la Chine"

Bernard Attali : "Un vent de violence"

Guerre économique : « c’est un leadership mondial qui se joue »

​Droite-gauche : la fin d’une époque ?

Laurence Gilardo, déléguée syndicale SNTA/FO du groupe Casino : « les salariés comme les syndicats du groupe Casino doivent resserrer les rangs »

« Dans les échanges économiques entre les entreprises, la professionnalisation et l’éthique sont indissociables de la fonction achat », Bruno Crescent, ancien directeur des achats d’EDF










Rss
Twitter
Facebook