Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Ikea : première baisse du chiffre d’affaire en France





Le 10 Octobre 2013

Pour la première fois depuis son implantation en France, l’entreprise suédoise a vu son chiffre d’affaire diminuer de 4,3%, ce qui renvoi le leader mondial du mobilier à ses résultats d’avant 2010. Sa part de marché, quant à elle, se maintient à près de 18%. Crise économique, morosité des ménages, faible évolution du marché de l’immobilier, stagnation voire diminution des transactions… Le secteur du meuble dépend d’un certain nombre de facteurs. Il n’empêche que l’entreprise suédoise souhaite poursuivre dans sa stratégie de développement du maillage de distribution.


Maintenir le cap

Ikea : première baisse du chiffre d’affaire en France

L’ouverture de magasins supplémentaires semble en effet constituer l’objectif prioitaire d’Ikea en France : 45 magasins d’ici à 2025. Cet effort nécessite dans un premier temps un investissement de 600 millions d’euros d’ici 2016. Les charges augmentent, les ventent diminuent : l’équation semble compliquée. Néanmoins, Ikea va poursuivre sa politique de prix bas, qui constitue le noyau de sa stratégie. Sera-ce suffisant ? Ce n’est pas certain, et c’est pourquoi l’enseigne va tenter de diversifier ses collections : viser d’autres clientèles en déclinant de nouvelles gammes, de nouveaux produits, création de série limitées et de collections temporaires, dans le but de rappeler les consommateurs au magasin. C’est une petite révolution qui est actuellement à l’œuvre chez Ikea France : l’impératif d’un tel renouvellement en profondeur ne s’était jusqu’alors pas fait sentir.


Un pari risqué ?

Après une année médiatique compliquée, il semblerait donc que la belle machinerie économique commence à s’enrailler. Impossible de dire si Ikea va voir sa part de marché se réduire dans les années à venir, en particulier avec le maintien d’un contexte économique difficile.  On ne peut que spéculer. Mais la France représente tout de même près de 9% du chiffre d’affaire de l’enseigne suédoise au niveau mondial, et son maintien à la tête du secteur mobilier français constitue une priorité, quitte à réduire, éventuellement, les marges, comme l’explique Stefan Vanoverbeke, PDG d’Ikea France.  Le développement des services de livraison de meuble et la plus grande intégration du e-commerce au business model de l’entreprise traduit cette volonté d’évolution stratégique et de diversification. Si tous les produits ne sont pas encore disponibles sur le site internet, il intègrera bientôt 80% du catalogue et offrira à court ou moyen terme les possibilités d’un magasin standard, dans le but de réaliser 10% du chiffre d’affaires. L’enjeu est donc de taille pour Ikea, qui voit remettre en cause en profondeur son modèle de développement pour la première fois depuis son arrivée sur le marché français. Le pari d’une vaste refonte, s’il semble risqué, semble aussi nécessaire.





Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Marché | Billets d'humeur



Les entretiens du JDE

« Dans les échanges économiques entre les entreprises, la professionnalisation et l’éthique sont indissociables de la fonction achat », Bruno Crescent, ancien directeur des achats d’EDF

Pierre Bergounioux : « Les gouvernements, de droite comme de gauche, ont accompli le tour de force, depuis un demi-siècle, de ne rien changer à l’ordre des choses »

Marc Lazar : « La peuplecratie, c’est l’idée que la souveraineté du peuple est sans limites ».

Guillemette Devernois : « Maladies rares : Il faut s’emparer des avancées de la recherche scientifique »

« Appel à la guérilla mondiale »

Nicolas Pham, cofondateur de Beaubleu : « la Maison aux aiguilles rondes »

« Accueillir c’est protéger ! » par Frédéric Giqueaux

Karine Schrenzel, PDG des 3 Suisses : « L’envie d’entreprendre est un sentiment que j’ai toujours porté en moi »










Rss
Twitter
Facebook