Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Ikea : première baisse du chiffre d’affaire en France





Le 10 Octobre 2013

Pour la première fois depuis son implantation en France, l’entreprise suédoise a vu son chiffre d’affaire diminuer de 4,3%, ce qui renvoi le leader mondial du mobilier à ses résultats d’avant 2010. Sa part de marché, quant à elle, se maintient à près de 18%. Crise économique, morosité des ménages, faible évolution du marché de l’immobilier, stagnation voire diminution des transactions… Le secteur du meuble dépend d’un certain nombre de facteurs. Il n’empêche que l’entreprise suédoise souhaite poursuivre dans sa stratégie de développement du maillage de distribution.


Maintenir le cap

Ikea : première baisse du chiffre d’affaire en France

L’ouverture de magasins supplémentaires semble en effet constituer l’objectif prioitaire d’Ikea en France : 45 magasins d’ici à 2025. Cet effort nécessite dans un premier temps un investissement de 600 millions d’euros d’ici 2016. Les charges augmentent, les ventent diminuent : l’équation semble compliquée. Néanmoins, Ikea va poursuivre sa politique de prix bas, qui constitue le noyau de sa stratégie. Sera-ce suffisant ? Ce n’est pas certain, et c’est pourquoi l’enseigne va tenter de diversifier ses collections : viser d’autres clientèles en déclinant de nouvelles gammes, de nouveaux produits, création de série limitées et de collections temporaires, dans le but de rappeler les consommateurs au magasin. C’est une petite révolution qui est actuellement à l’œuvre chez Ikea France : l’impératif d’un tel renouvellement en profondeur ne s’était jusqu’alors pas fait sentir.


Un pari risqué ?

Après une année médiatique compliquée, il semblerait donc que la belle machinerie économique commence à s’enrailler. Impossible de dire si Ikea va voir sa part de marché se réduire dans les années à venir, en particulier avec le maintien d’un contexte économique difficile.  On ne peut que spéculer. Mais la France représente tout de même près de 9% du chiffre d’affaire de l’enseigne suédoise au niveau mondial, et son maintien à la tête du secteur mobilier français constitue une priorité, quitte à réduire, éventuellement, les marges, comme l’explique Stefan Vanoverbeke, PDG d’Ikea France.  Le développement des services de livraison de meuble et la plus grande intégration du e-commerce au business model de l’entreprise traduit cette volonté d’évolution stratégique et de diversification. Si tous les produits ne sont pas encore disponibles sur le site internet, il intègrera bientôt 80% du catalogue et offrira à court ou moyen terme les possibilités d’un magasin standard, dans le but de réaliser 10% du chiffre d’affaires. L’enjeu est donc de taille pour Ikea, qui voit remettre en cause en profondeur son modèle de développement pour la première fois depuis son arrivée sur le marché français. Le pari d’une vaste refonte, s’il semble risqué, semble aussi nécessaire.





Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising







Master Class

Master Class

Citelum veut "prolonger la vie au-delà de la tombée de la nuit." Jean-Daniel Le Gall, directeur général adjoint.

Agriculture : le printemps européen du ministre Stéphane Travert

Olivier Maes, le monde comme territoire de marque.

Homelike Home, la Dream Team de la chasse immobilière en France

Mode : la vraie révolution digitale a juste démarré

Les enjeux de la délégation de pouvoirs

Risque Amiante : le point sur les nouvelles obligations avec SET Environnement

Philippe Schleiter: "faire réussir des choses extraordinaires par des gens ordinaires"
















Rss
Twitter
Facebook