Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Immatriculations de voitures neuves : des raisons d'espérer malgré une nouvelle perte en 2013





Le 2 Janvier 2014, par

Le marché français de l'automobile a échappé au dérapage qui avait conduit 2012 à une perte de 12,6% des immatriculations. 2013 n'a certes rien de glorieux, mais avec une perte relativement limitée de 5,7% par-rapport à 2012, cela reste encourageant.


L'an dernier, ce sont 1 790 473 voitures neuves qui ont été immatriculées en France. C'est la quatrième année de suite que le marché essuie des pertes, la dernière année positive ayant été 2009, soutenue par la prime à la casse.
 
Si cette perte de 5,7% n'a rien de particulièrement glorieuse en comparaison d'une année 2012 déjà catastrophique, il n'en reste pas moins que la fin de l'année dernière est porteuse de quelque espoir : en décembre, les ventes chez Renault ont décollé de 38%, et de 11% chez PSA Peugeot Citroën. Au total, les immatriculations au dernier mois de 2013 ont grimpé de 9,4%, avec 175 336 véhicules neufs.
 
Au classement des constructeurs, c'est Renault qui prend la tête avec une perte limitée à 2% et 337 611 voitures. La filiale Dacia bondit de 11% avec 89 844 unités. Peugeot est deuxième avec une perte de 5% et 289 593 immatriculations. Le constructeur peut remercier la 208 qui se classe à la deuxième place des voitures les plus vendues. Citroën clôt le podium, en repli de 10,7% et 283 321 véhicules.


Jean-Baptiste Giraud
Jean-Baptiste Giraud est journaliste économique, passé par Radio France, BFM, LCI, TF1 et... En savoir plus sur cet auteur


Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising








Les entretiens du JDE

Les entretiens du JDE

La crise des gilets jaunes analysée par Eric Delbecque

Les gilets jaunes sont-ils populistes ? par Francois-Bernard Huyghe

Christian Aghroum : Gilets jaunes et mobilisation numérique

Philippe Schleiter: "faire réussir des choses extraordinaires par des gens ordinaires"

Gilles Imbert, groupe Interconstruction : « Les promoteurs indépendants sont obligés, plus que les autres, de tenir leurs engagements »

Loïk Le Floch-Prigent : « En finir avec le dérèglement industriel »

Florent Skrabacz, CEO de Shadline : « L’invisibilité des données est la clé de la résilience numérique »

Général Soubelet : « Traitons les vrais problèmes, ne poussons pas les Français à la révolte »









Rss
Twitter
Facebook