Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Immobilier : des prix en hausse dans les grandes agglomérations





Le 12 Mars 2017, par Olivier Sancerre

Les prix de l'immobilier dans l'ancien sont sur une tendance haussière dans les grandes agglomérations. Ils ont encore augmenté en février, selon le baromètre de MeilleursAgents.com, notamment à Paris et à Bordeaux.


Sur les deux seuls premiers mois de l'année, les prix de l'immobilier dans l'ancien ont progressé de 2% à Paris et à Nantes, de 1,5% à Marseille et à Strasbourg, ainsi que de 4% à Bordeaux. À Lyon, sur un an, les prix ont grimpé de 5%. Seule Lille connait un recul des prix en raison de la mise en place de la mesure d'encadrement des loyers.

À Paris, le prix du mètre carré tutoie les 8 500 € en moyenne, un niveau qui rejoint celui de 2011. Plus généralement, dans la plupart des grandes agglomérations, les prix sont au plus haut pour une raison finalement assez simple : les taux d'intérêt sont très abordables, et les acheteurs cherchent à acquérir un bien avant qu'ils ne remontent. « La faiblesse des taux nourrit mécaniquement l’inflation des prix », explique Sébastien de Lafond, dirigeant de MeilleursAgents.

Cette hausse des prix pourrait-elle alimenter une bulle immobilière ? Sans doute pas : les biens achetés sont à proximité des transports, des écoles et des commerces. Il n'y a pas de spéculation, ni d'excès ou de surstocks. De plus, les zones rurales et les résidences secondaires ne profitent pas de cette envolée des prix. De plus, les élections présidentielle et législatives sont de nature à bouleverser certains dispositifs. La prudence est donc de mise.



Tags : immobilier


1.Posté par Castro le 02/04/2017 14:38 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
De 2000 à 2012, l’indice des prix immobiliers a progressé de 150% à Paris et 80% pour la France entière.

Sur la même période, le salaire net annuel moyen des français (2 202 € net/mois) a progressé seulement de 30% et l’inflation de 26%.

L’absence totale de corrélation entre l’évolution de l'indice des prix immobiliers et la hausse des salaires ainsi que de l’inflation a provoqué l’émergence d’une bulle immobilière dans notre beau pays.
Pour mieux comprendre, je vous invite à lire : http://immobilier-finance-gestion.over-blog.com/2017/02/la-baisse-des-prix-immobilier-a-horizon-2020-se-confirme.html

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Marché | Billets d'humeur | Industrie immobilière | Intelligence et sécurité économique - "Les carnets de Vauban"



Les entretiens du JDE

OPA du fonds Searchlight sur Latécoère : un nouveau scandale Alstom ?

Frédérique Picard :"j’ai décidé de répertorier les leviers spécifiques qui permettent aux femmes d’oser"

Jean-Louis Scaringella, les taux d’intérêt négatifs ou : « l’euthanasie des rentiers »

La Saga des Audacieux

Pouquoi les ambitions protectionnistes chinoises et américaines frappent la France et l'Europe

Frédéric Verdavaine (Nexity) : « Nous sommes au croisement de nombreux enjeux de société structurants pour l’avenir »

​« L’Etat ne peut pas se transformer en « père fouettard » et réguler avec des mesures très restrictives les acteurs innovants de l’économie collaborative »

"Les collectivités territoriales sont nos partenaires privilégiés." Carmen Munoz, Directrice Générale de Citelum












Rss
Twitter
Facebook